Kisumu, dans l’Ouest du Kenya,  abrite du 17 au 21 mai la 9e édition du Sommet Africités. Cette localité, située sur les bords du Lac Victoria, à environ 400 kilomètres de la capitale Nairobi, accueille près de 5000 personnes pour discuter du thème : « Le rôle des villes intermédiaires d’Afrique dans la mise en œuvre de l’Agenda 2030 des Nations Unies et de l’Agenda 2063 de l’Union Africaine ».

Tenir un tel évènement n’est pas une mince affaire, mais Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique) tire un bilan positif des trois premiers jours d’échanges. « Nous avons fait le pari d’organiser Africités dans une ville intermédiaire où nous ne sommes jamais allés. Nous savions que ça allait être difficile car très peu de villes intermédiaires peuvent accueillir un évènement qui réunit 7000 à 8000 individus. Nous avons relevé ce défi », a affirmé ce jeudi Jean Pierre Elong Mbassi, le Secrétaire Général de CGLU Afrique.

Face à la presse, venue des quatre coins du continent, M. Mbassi a expliqué que les villes africaines ne se limitent pas aux grosses agglomérations : « La réalité de l’urbanisation en Afrique est à 60 % dans les petites villes et les villes intermédiaires. Il a fallu donc attirer l’attention des dirigeants sur le fait que la transformation urbaine ne se fait pas à Dakar, Banjul, Accra ou encore Nairobi. Elle se passe dans les villes intermédiaires comme Kisumu. Et nous avons tenu à amener les gens ici pour voir cela. Rien que pour ça, nous sommes satisfaits ».

Africités, a indiqué le Secrétaire Général de CGLU Afrique, est une rencontre de grande envergure qui se prépare au minimum sur 18 mois. Pour que tout se déroule comme sur des roulettes, la partie kényane a brillamment joué sa partition malgré quelques appréhensions au début du processus.

« Il faut magnifier la bonne volonté de ceux qui nous accueillent. Kisumu mérite notre reconnaissance. Les autorités ont mobilisé beaucoup de moyens. Le gouvernement kényan a été très collaboratif. Ils ont douté quand nous avions dit que nous voulions aller à Kisumu. Ils nous ont proposé Mombasa (2e ville du pays) comme nous ne voulions pas venir à Nairobi. Avec le choix de Kisumu, les autorités locales craignaient un échec. Au final, tout le monde est content », s’est réjoui Jean Pierre Elong Mbassi.

L’édition précédente d’Africités a eu lieu en novembre 2018 à Marrakech (Maroc). À Kisumu, l’Association des régions du Maroc et CGLU Afrique ont signé une convention pour mettre à niveau leurs équipes respectives, accompagner la régionalisation avancée dans le royaume chérifien et partager l’expérience marocaine en matière de décentralisation.

TE/id/APA