Sénégal – Religion – Commémoration

Un siècle après sa disparition, El Hadj Malick Sy célébré au Sénégal

APA – Dakar (Sénégal)

Un siècle après sa disparition, El Hadji Malick Sy, l’un des précurseurs de la confrérie soufie tidjane au Sénégal et en Afrique de l’Ouest, est toujours présent dans la mémoire des fidèles.

Située à une centaine de kilomètres de la capitale, Dakar, Tivaouane est une cité religieuse habituellement surnommée la ville de Maodo, du surnom d’El Hadji Malick Sy, l’un des plus grands guides religieux musulmans Sénégal et un des premiers propagateurs de la confrérie soufie de la Tijaniya dans le pays. . 

Sous le thème « El Hadj Malick Sy, 100 ans après…lumière sur sa vie et son œuvre », le centième anniversaire de son décès qui doit être célébré lundi 27 juin, est placé sous le haut patronage du président Macky Sall et du Roi du Maroc Mohammed VI. Le chef de l’´Etat sénégalais est d’ailleurs attendu samedi dans la cité religieuse où il devait être reçu par le khalife général, Serigne Babacar Sy Mansour, en compagnie du représentant du Royaume chérifien. Cinq mille enfants d’écoles coraniques habillés en blanc seront dans le comité d’accueil, selon un communiqué.

Au cours de ce séjour dans la « capitale sénégalaise de la Tijaniya », le chef de l’Etat effectuera une visite de chantier à la Grande mosquée de Tivaouane. D’autres activités, comme le vernissage de l’exposition sur la vie et l’œuvre d’El Hadji Malick Sy et de sa famille, sont prévues dans cette commémoration.

« Cent ans après sa disparition, nous ne cherchons pas à célébrer un anniversaire mais voulons prendre prétexte du symbole du siècle comme horizon temporel choisi par Dieu pour renouveler sa religion, comme l’a rappelé le hadith prophétique cité en haut , pour revisiter sa vie et son œuvre, rappeler et perpétuer son legs inscrit dans des textes fondamentaux et rapportés par des témoignages indiscutables », explique l’actuel khalife dans un message transmis à la presse.

Serigne Babacar SY Mansour souhaite que les activités inscrites dans la célébration du centenaire de la disparition de son grand-père « soient le début d’une prise de conscience réelle pour valoriser davantage le patrimoine qu’il nous a légué, qui appartient à l’universel et qu’il nous faut transmettre intact aux générations à venir ».

Né vers 1855 à Gaya, un village du nord du pays, El Hadji Malick Sy a été  un « serviteur Infatigable »   de l'islam et de la tarikha (confrérie) tidjaniya qu'il a contribué dans une très grande mesure à répandre au Sénégal et au-delà, via ses nombreux « muqaddams » (grands disciples) qu'il a formé et envoyé dans plusieurs pays d'Afrique.

Résistant pacifique à la colonisation française, El Hadji Malick Sy s'est installé entre 1900 et 1902 à Tivaouane. A l’époque, le pouvoir colonial luttait contre l’expansion de la pensée islamique. Toutefois, Maodo a réussi la prouesse de propager ses idées par le truchement d’une stratégie de coexistence pacifique.

ODL/cgd/APA

Réagir à cet article