Burkina Faso-Société-Femme-Journée

8 mars au Burkina: Les femmes réfléchissent sur leur résilience face au défi sécuritaire

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini

Les femmes du Burkina Faso ont réfléchi sur leur résilience face au défi sécuritaire, à l’occasion de la commémoration de la 163e Journée internationale de la femme conjointement avec la tenue du 6e forum national des femmes, tenu ce 8 mars.

Le thème national retenu pour la commémoration du 8 mars 2020 est : «Crise humanitaire au Burkina Faso: quelles stratégies pour une meilleure résilience des femmes».

Il s’agit d’un thème qui tient compte de la situation que traverse le pays depuis 2016, notamment la récurrence des attaques terroristes et des conflits communautaires avec leur corollaire de déplacement des populations.

En effet, les statistiques du Secrétariat permanent du Conseil national de secours d’urgences et de réhabilitation (SP-CONASUR) indiquaient au 27 janvier 2020, le pays comptait 613 792 personnes déplacées internes composées de 57,88% d’enfants, 25,88% de femmes et 12,32% d’hommes.

Pour débattre du thème national, des panels ont été organisés à Ouagadougou et ont connu la participation de femmes issues des 13 régions du Burkina Faso.

Le clou de la commémoration du 8 mars 2020 a été la tenue, dans la capitale burkinabè, du forum national des femmes, en présence du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, des membres du gouvernement et bien d’autres autorités.

A l’occasion, les représentantes des femmes de toutes les régions du pays ont exposé leurs préoccupations et doléances au chef de l’Etat qui a essayé de donner des réponses à celles-ci.

Selon la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Laurence Ilboudo Marchal, il appartient aux femmes de «se forger un caractère à même de nous permettre d’être plus résilientes et de répondre adéquatement aux forces du mal dont le seul souhait est d’anéantir nos efforts de cohésion et de développement».

Mme Ilboudo a expliqué que les recommandations du panel, ainsi que les doléances des femmes recueillies lors des fora tenus dans les treize régions en prélude à la commémoration du 8-mars, seront prises en compte dans les politiques et actions gouvernementales.

ALK/cgd/APA

Réagir à cet article