Afrique-Environnement-Financement

Climat: l'Afrique a besoin de nouveaux financements (rapport)

APA-Pretoria (Afrique du Sud)

Les pays africains pourraient perdre 50 milliards de dollars par an d'ici à 2030 à cause du changement climatique, alerte l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

L'Afrique ne représente que 2 à 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre mais a payé cher le fait que le continent se soit réchauffé plus vite que la moyenne mondiale. Des financements urgents sont nécessaires pour ralentir les effets du phénomène actuel du changement climatique, a averti jeudi un rapport de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) des Nations unies.

Dans le document intitulé « état du climat en Afrique 2021 », l'agence onusienne écrit que l'année dernière, l'Afrique a été l'un des quatre endroits les plus chauds jamais enregistrés.

« C'est pourquoi, les pays africains demandent aux nations riches et polluantes de consacrer davantage d'argent aux projets d'adaptation sur le continent », ajoute le rapport, demandant également des compensations pour les pertes liées au changement climatique, des sujets qui devraient être au cœur de la 27e Conférence des parties (COP27), le sommet des Nations unies sur le climat qui se tiendra en Égypte en novembre 2022 et qui est surnommé « la COP africaine ».

L'OMM a déclaré qu'il est crucial d'investir davantage dans l'adaptation au changement climatique car ses effets pourraient coûter aux nations africaines 50 milliards de dollars par an d'ici à 2030, les sécheresses et les inondations constituant la principale préoccupation.

En Afrique, le niveau des mers a déjà augmenté d'un millimètre par an de plus que la moyenne mondiale, ce qui aggrave la menace de graves inondations côtières, selon le rapport.

Il fait référence à des régimes pluviaux de plus en plus perturbés qui ont entraîné la pire sécheresse qu'ait connue la Corne de l'Afrique depuis plus de 40 ans, « et à des inondations dévastatrices qui frappent souvent d'autres parties du continent ».

L'année dernière, le Soudan du Sud a enregistré ses pires inondations depuis 60 ans, avec plus de 800.000 personnes touchées, tandis que le Tchad a connu cette année les précipitations les plus importantes depuis plus de 30 ans. De nombreux pays d’Afrique centrale et occidentale sont aussi touchés par les inondations.

Les scientifiques ont déclaré que la chaleur extrême et les fortes précipitations ont été aggravées par le changement climatique causé par l'homme et que leur gravité et leur fréquence ne feront qu'augmenter avec le réchauffement de la planète.

Pour améliorer la résilience des pays africains, « il est impératif que le continent accélère ses efforts pour mettre en place de solides systèmes régionaux et nationaux d'alerte précoce et des services climatiques », a affirmé le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), Petteri Taalas.

NM/as/lb/te/APA

Réagir à cet article