Côte d’Ivoire – Politique - Grâce

Alassane Ouattara justifie la « grâce » accordée à Gbagbo

Abidjan (Côte d’Ivoire)

Le président ivoirien Alassane Ouattara, a gracié son prédécesseur Laurent Gbagbo, sous le coup d’une peine de 20 ans de prison dans son pays, dans un souci d’apaisement.

Alassane Ouattara, a annoncé cette mesure à la veille de la fête de l'an 62 de l'indépendance du pays. Cette grâce s'accompagne du dégel des  comptes de l'ancien président ivoirien. 

« Dans le souci de renforcer davantage la cohésion sociale, j'ai signé un décret accordant la grâce présidentielle à M. Laurent Gbagbo, ancien président de la République », a déclaré M. Alassane Ouattara, dans un discours diffusé à la RTI 1, la télévision publique.

Le président ivoirien a indiqué avoir également « demandé qu'il soit procédé au dégel de ses comptes et au paiement de ses arriérés de rente viagère ». Désormais, M. Gbagbo, ancien chef de l'Etat, bénéficiera de ce privilège.

Il a dit, ensuite, avoir aussi signé un décret accordant la libération conditionnelle au contre-amiral Vagba Faussignaux et au commandant Jean-Noël Abehi, condamné pour des infractions liées à la crise postélectorale de 2010.

« Par ailleurs, j'ai procédé à la signature d'un décret accordant une grâce collective à environ 3.000 de nos concitoyens condamnés pour des infractions mineures », a-t-il poursuivi. Une faveur présidentielle faite à une frange de détenus.

L'ex-chef de l'État ivoirien, Laurent Gbagbo, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) dans la crise postélectorale de 2010-2011, est rentré au pays, mais était sous une condamnation de 20 ans pour "braquage de la Bceao", la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest.

AP/ls/cgd/APA

Réagir à cet article