Algérie-Manifestations

Algérie : des milliers de manifestants dans la rue contre un 5ème mandat de Bouteflika

APA-Alger (Algérie)

Des milliers d’Algériens ont battu le pavé pour protester contre un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, une manifestation qui coïncident avec la célébration du 8 mars de la journée internationale des Femmes.

En dépit des mises en garde sur les risques de "chaos" lancées par le président qui refuse de céder, les manifestants ont convergé vers la Place de la Grande-Poste, bâtiment emblématique du coeur de la capitale algérienne.

Les policiers, déployés en nombre, ne sont pas intervenus et aucun incident n'a été signalé. Plusieurs véhicules anti-émeutes, dont un canon à eau, sont disposés près des lieux de rassemblements habituels. A chaque passage au-dessus d'eux de l'hélicoptère qui bourdonne dans le ciel d'Alger, les manifestants agitent leurs drapeaux et sifflent.

Jeudi, le Président Bouteflika, 82 ans, hospitalisé en Suisse depuis plus de dix jours et dont le retour en Algérie n'a toujours pas été annoncé a, dans un message à l'occasion du 8 mars, agité le spectre du "chaos" et dénoncé, sans les nommer, les ennemis « insidieux » et ceux « qui conspirent » contre l'Algérie.

Le chef de l'Etat, très diminué par les séquelles d'un AVC dont il a été victime en 2013, réaffirme qu'il n'entend pas renoncer à briguer un 5e mandat lors de la présidentielle du 18 avril.

Mais la rue algérienne ne semble pas prête non plus à céder, malgré les rappels du chef de l'Etat, présenté par ses partisans comme le garant de la paix, sur la « tragédie nationale » de la décennie de guerre civile et la déferlante du Printemps arabe.

Sur les réseaux sociaux, le hashtag "#Mouvement_du_8_Mars" s'est répandu ces derniers jours, appelant à une mobilisation massive à travers les grandes villes d'Algérie. Circulent également les « 18 commandements des marcheurs du 8 mars », rappelant le caractère pacifique de la contestation.

A Alger, s'organisent également sur les réseaux sociaux des groupes de « brassards verts », volontaires qui s'occuperont d'orienter et encadrer les marcheurs, prévenir les risques de bousculades, apporter quelques premiers soins, notamment en cas de projection de gaz lacrymogènes et nettoyer les rues à l'issue de la manifestation.

Dans certains quartiers périphériques de la capitale, des propriétaires de véhicules ont organisé des navettes pour transporter ceux qui veulent manifester vers le centre-ville.

HA/APA

Réagir à cet article