à l'instant

    Cameroun-Energie

    Baisse de la production pétrolière du Cameroun

    APA-Yaoundé (Cameroun) -

    La production pétrolière du Cameroun s’est inscrite dans une baisse de l’ordre de 16,41% au 31 octobre de l’année en cours (23,41 millions de barils) par rapport aux réalisations de 2016, selon une note d’information publiée jeudi par la Société nationale des hydrocarbures (SNH).

    Cette note, qui intervient après une session ordinaire du conseil d’administration de l’entreprise publique, tenue mardi dans la capitale du pays, Yaoundé, attribue cette contre-performance à la réduction des investissements de production et au déclin naturel des champs.

    Dans le même temps, les quantités de brut vendues pour le compte de l’Etat ont régressé de 17,23% par rapport à la même période un an plus tôt, la hausse de leur prix de vente ayant toutefois permis de contribuer à hauteur de 264,57 milliards FCFA au budget de l’État, contre 266,06 au 31 octobre 2016.

    S’agissant de la production de gaz naturel, la SNH fait état d’une hausse de 15,45% par rapport à la même période de l’exercice précédent, les prévisions de clôture étant quant à elles de l’ordre de 445,13 millions de mètres cubes en fin 2017.

    En ce qui concerne les retombées des droits de transit par pipeline du pétrole tchadien, ils ont généré des recettes de 22,93 milliards FCFA

    Par ailleurs, dans l’optique de valoriser le gaz naturel, la SNH vient d’acquérir une usine flottante (méthanier) dénommée «Hilli Episeyo», qui est arrivée dans les eaux territoriales camerounaises le 20 novembre dernier et sera installée au large de la ville de Kribi (Sud).

    Le «Floating Boat LNG», selon les prévisions, produira annuellement 1,2 million de tonnes de gaz destinées à l’exportation, mais également 30.000 tonnes de gaz domestique (GPL) destinées aux ménages locaux et 1,8 million de barils de pétrole très léger appelé condensat, destinés à la raffinerie.

    La SNH, pour son acquisition, avait signé une convention gazière de 10 ans avec le groupe indépendant franco-britannique Perenco, qui sera copropriétaire et exportateur mais aussi avec l’entreprise de droit bermudien Golar, un opérateur de liquéfaction travaillant pour les deux partenaires.


    FCEB/cat/APA

    Réagir à cet article