Sénégal - Afrique - Monde - Football

Ballon d’Or 2022 : Sadio Mané, une 2e place pour l’histoire

APA-Dakar (Sénégal)

Depuis le sacre de George Weah en 1995, jamais un Africain ne s’était aussi bien classé au Ballon d’Or France Football.

Vingt-sept ans durant, le podium du Ballon d’Or (BO) France Football s’est obstinément refusé aux footballeurs africains. Ni l’Ivoirien Didier Drogba (4e en 2007) ni le Camerounais Samuel Eto’o (5e en 2009) ni l’Égyptien Mohamed Salah (6e en 2018) ni l’Algérien Riyad Mahrez (7e en 2016) n’ont réussi à l’arracher.

Présent à quatre reprises depuis 2017 sur la liste des 30 meilleurs joueurs du monde et au pied du podium en 2019, le Sénégalais Sadio Mané vient d’écrire une nouvelle page d’histoire du football africain. L’attaquant âgé de 30 ans s’est hissé à la 2e place du classement de la 66e édition de cette prestigieuse récompense individuelle lors d’une cérémonie tenue lundi soir au Théâtre du Châtelet, à Paris (France).

Avec Liverpool, le joueur formé à l’Académie Génération Foot, située dans la périphérie de Dakar, a gagné la Coupe d’Angleterre et la Coupe de la Ligue, terminé 2e de Premier League à un point seulement de Manchester City et finaliste de la Ligue des champions. Dans ces compétitions, il a inscrit un total de 23 buts.

En sélection, Mané a offert à son pays la première Coupe d’Afrique des nations de son histoire (Cameroun 2021). Le parcours triomphal des Lions a notamment porté la griffe de l’actuel sociétaire du Bayern Munich, auteur de 3 réalisations et 2 passes décisives. Comme son équipe, le métronome d’Aliou Cissé, le sélectionneur de l’équipe nationale du Sénégal, est monté en régime au fil des matchs jusqu’à l’apothéose face à l’Égypte, auréolée sept fois dans l’épreuve.


Cerise sur un gâteau déjà riche en saveurs, le Joueur africain de l’année en 2019 et 2022 s’est adjugé le tout premier Prix Socrates. Ancien capitaine de l’équipe du Brésil et du club de Corinthians, ce joueur décédé en 2011, s’était distingué durant sa carrière par son engagement dans la « démocratie corinthienne » au cœur de la dictature militaire au Brésil dans les années 1980. Quand il y évoluait, son club des Corinthians avait décidé de soumettre au vote toutes les décisions de l’équipe.

Ce nouveau prix qui porte le nom de la légende brésilienne a été remis au Sénégalais pour son engagement dans « des projets sociétaux et caritatifs ». À Bambali, son village natal dans le Sud du Sénégal, Sadio Mané contribue à l’amélioration des conditions de vie des habitants avec entre autres la construction sur fonds propres d’un hôpital, d’un lycée et d’une mosquée. Avec ses partenaires, il a aussi doté la localité d’une station-service et d’une antenne 4G. Vêtu d’un costume africain bleu à la cérémonie du Ballon d’Or, l’international sénégalais s’est exprimé en ces termes : « Je suis vraiment très content d’être là même si parfois je suis peut-être un peu timide. Je suis content de ce que je fais pour toutes ces personnes chez moi (au Sénégal) ».

Seul dans son monde

Sans surprise, le Français d’origine algérienne Karim Benzema (34 ans) a remporté la palme. Haut la main ! Le couronnement de l’avant-centre du Real Madrid et des Bleus était une évidence, même pour ses concurrents. « Karim mérite le Ballon d'Or. Je le pense sincèrement », a affirmé Sadio Mané, le 12 octobre dernier, après la balade du Bayern Munich à Plzen (0-5), lors de la 4e journée de la phase de groupes de la Ligue des champions.

À l’apogée de sa carrière, le joueur formé à l’Olympique Lyonnais a guidé les Merengue vers une 14e victoire finale en Champions League et un 35e titre de champion d’Espagne. Capitaine d’une équipe habitée par quelque chose d’étrange, souvent touchée mais pas coulée, Benzema a ébloui le monde du foot par sa classe dans le jeu, sa détermination en toutes circonstances et son efficacité clinique aux abords de la surface de réparation. En Bleus, le successeur de Lionel Messi au palmarès du BO a également conquis la Ligue des nations.

Le Ballon d’Or France Football, créé en 1956, a distingué des Européens jusqu’en 1994. La saison suivante, quand il s’est enfin ouvert aux joueurs de toutes nationalités, le trophée a été décerné au Libérien George Weah (Paris Saint-Germain puis Milan AC).

Pour cette édition de 2022, les critères d’attribution ont été  changés. La saison sportive écoulée, et non plus l'année civile, est désormais prise en considération dans les votes. Le jury de journalistes a ensuite été réduit, passant à 100 votants qui représentent les premières nations au classement FIFA. Enfin, le vainqueur est désigné en fonction de ses performances individuelles et collectives, de son palmarès, mais aussi de sa classe et son fair-play.

CP/te/APA

Réagir à cet article