à l'instant

    Burkina Faso-Trésor-Humeur

    Burkina: Des agents du Trésor dénoncent une discrimination dans la répartition des «éléments de motivation»

    APA-Ouagadougou (Burkina Faso)

    Le Syndicat national des travailleurs du trésor public du Burkina (SNTPB), au cours d’une conférence de presse animée samedi à Ouagadougou, a dénoncé une «discrimination inacceptable» dans la répartition des «éléments de motivations».

     «Au trésor public du Burkina Faso, il y a un problème de partage des éléments de motivation», a indiqué le Secrétaire général (SG) à la formation syndicale du SNTPB, Alidou Bandahogo.

    Il a précisé que ces éléments de motivation concernent le Fonds commun (FC) qui a été arraché à l’issue de «hautes luttes» menées par les agents du trésor public sans distinction.

    Selon M. Bandahogo, certains agents, notamment ceux venant de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) estiment qu’ils sont des «supers agents» et s’octroient 100% du FC, tandis que les autres (ceux qui n’ont pas fait l’ENAREF) se retrouvent avec 80% du Fonds.

    «Moralement, cela pose problème, surtout quand on sait que c’est nous tous qui faisons fonctionner le Trésor public», a martelé le SG à la formation syndicale.

    Dans sa déclaration liminaire, le Secrétaire général du SNTPB, Patrick Honoré Ouoba a relevé que «l’application des retombées de la lutte d’avril et mai 2017 a entrainé la discrimination, l’humiliation et le ressentiment dans l’administration du Trésor public».

    Et de renchérir que «la détérioration du climat social a amené la convoitise, la suspicion et la méfiance entre les agents de la même direction générale».

    C’est à juste titre que M. Ouoba interpelle madame le ministre de l’Economie, des Finances et du développement, Hadizatou Rosine Coulibaly/Sory, en vue de «ramener la sérénité, l’harmonie et l’efficacité pour l’atteinte des objectifs assignés à la Direction générale du trésor et de la comptabilité publique,(DGTCP )».

    Selon le SG à la formation syndicale, Alidou Bandahogo, le syndicat a été créé en 2007, sous l’appellation Syndicat national des travailleurs du trésor du Burkina (SYNATB).

    En juillet 2016, le SYNATB et le Syndicat autonome des agents du trésor (SATB)  ont fusionné pour aller en grève. «La nouvelle dénomination SNTPB est intervenue, lorsqu’il y a eu la trahison à l’issue de cette grève», a expliqué M. Boundahogo.

    La conférence de presse s’est inscrite dans le cadre des activités de la rentrée syndicale du SNTPB, effectuée autour du thème: «Pour une administration plus juste et harmonieuse».  

    ALK/of/APA

    Réagir à cet article