Burkina - Transition - Cédéao-Médiation

Burkina : Le Médiateur de la Cédéao chez le capitaine Traoré

APA-Ouagadougou (Burkina Faso)

C’est la 2e visite officielle de l’ancien président du Niger depuis le putsch du septembre 2022.

Le Médiateur de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) pour le Burkina, Mahamadou Issoufou, s’est entretenu avec le capitaine Ibrahim Traoré sur la conduite et les missions de la transition, ce samedi à Ouagadougou, a rapporté la Présidence du Faso.

La visite a lieu en prélude au Sommet ordinaire des Chefs d’Etat de l’instance ouest-africaine, prévu le dimanche 04 décembre 2022 à Abuja au Nigeria. Il s’agit de la première rencontre des dirigeants des pays membres de la CEDAO depuis le coup d’État du 30 septembre 2022.

« Il est donc normal, en tant que facilitateur et médiateur, que je vienne pour procéder à l’évaluation de la situation de la transition dans le pays, afin d’en faire rapport aux Chefs d’Etat », a indiqué Mahamadou Issoufou.

L’ex-président nigérien s’est également entretenu avec le capitaine Traoré sur les missions de la Transition. Il a rappelé qu’il s’agit de « la reconquête du territoire sous contrôle terroriste, la résolution de la crise humanitaire, le retour à l’ordre démocratique et aussi la mobilisation des ressources afin de permettre à a Transition de réaliser ses missions ».

Les deux hommes ont aussi évoqué la question du comité de suivi et d’évaluation de la Transition. La mise en place de ce comité a fait l’objet d’échanges, en juillet 2022 sous le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba. Il regroupe des membres du gouvernement Burkinabè, les experts de la Cédéao et de l’Union africaine (UA).

Mahamadou Issoufou a dit être également porteur d’un message d’Antonio Guterres, Secrétaire général des Nations-Unies, en rapport avec l’Union africaine, la Cédéao et le G5 Sahel. Celui-ci concerne l’évaluation stratégique, sécurité-développement dans les pays du « Sahel géopolitique », qui regroupe tous les pays sous menace terroriste et du crime organisé. « Tous ces pays connaissent les mêmes défis : sécuritaire, institutionnel, climatique, démographique, humanitaire et développement économique et social », a insisté l’ancien président du Niger.

Le Médiateur de la Cédéao a dit avoir eu des échanges « dans une atmosphère très franche ». Chose qui lui  permis d’avoir une « parfaite identité de vue sur l’ensemble des questions abordées ».

C’est la 2e visite officielle de Mahamadou Issoufou au Burkina depuis le putsch qui a porté Ibrahim Traoré au pouvoir. Début octobre, il avait conduit une mission d’information pour rencontrer les nouvelles autorités du pays, au lendemain de la chute du lieutenant-colonel Damiba. Cette visite avait été accompagnée de manifestations dans les rues de la capitale, contraignant le capitaine Traoré à recevoir la délégation de la Cédéao à l’aéroport de Ouagadougou.

DS/ac/APA

Réagir à cet article