à l'instant

    Côte d’Ivoire-Institution-Genre-Financement

    CEDEAO: les Etats invités à adopter le projet «50 millions de femmes ont la parole»

    APA-Abidjan-(Côte d’Ivoire)-

    L’atelier de lancement dans la zone ouest africaine, du projet d’autonomisation de la femme dénommée « 50 million Women Speak Platform » ou « 50 millions de femmes ont la parole» a exhorté, mardi, les 15 pays membres de la région à le vulgariser à travers des communications en Conseil des ministres, a constaté APA sur place dans la capitale économique.

     Il s’agit de l’une des résolutions majeures de cette rencontre de 48 heures qui a  réuni 15 points focaux Genre des Etats membres de la Communauté économique et des Etats de l’Afrique de l’Ouest  (CEDEAO ) et les représentants de femmes dans le domaine de l’autonomisation de la femme en Afrique en vue de se familiariser  au mécanisme  de mise en œuvre  du projet, au contenu de cette plateforme dont l’ouverture est prévue en décembre prochain.

    « Il ne vous reste  qu’à opérationnaliser  cet engagement  par la mise en œuvre diligente des activités que vous-mêmes, avez identifié et défini dans les projets de plan d’action », a  exhorté Madame Siga Fatima Jagne, la Commissaire des affaires sociales et Genre de la CEDEAO.

    A son tour , le directeur de cabinet adjoint du ministère ivoirien en charge de la femme, de la protection de l’enfant  et de la solidarité,  Yacouba Doumbia se félicitant des travaux d’Abidjan a promis que son département ministériel dirigé par Pr Mariatou Koné « va soumettre », la question en Conseil des ministres. «Nous allons nous y mettre », a promis l’émissaire de la ministre ivoirienne en charge de la femme.

    «50 million Women Speak Platform » est un projet financé par la Banque africaine de développement (BAD) à hauteur d’environ 8 milliards de FCFA  sur 3 ans en partenariat avec la CEDEAO, le Marché Commun de l’Afrique d’orientale et australe (COMESA) et la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).

    Il vise à faciliter l’autonomisation des femmes à travers  la création d’une plateforme virtuelle pour le réseautage et le partage d’informations  dans le but d’améliorer  leur capacité d’accès à l’information   financière et non financière.

    SY/ls/APA

    Réagir à cet article