RCA - Conflit – Sécurité

Centrafrique : le président annonce l'arrêt des combats

APA – Bangui (Centrafrique)

Faustin Archange T Faustin Archange Touadéra vient d’annoncer un cessez-le-feu unilatéral immédiat sur l’ensemble du territoire national.

Se dirige-t-on vers la paix en République centrafricaine ? S’il est trop tôt pour dire oui, l’annonce faite par le chef de l’Etat centrafricain d’un « cessez-le-feu unilatéral immédiat et la fin des opérations militaires et de toute action armée sur l’ensemble du territoire national », permet d’apporter un brin d’espoir dans ce pays ravagé par la violence depuis de longues années.

Faustin Archange Touadéra a déclaré ce vendredi 15 octobre la fin des hostilités entre les forces armées centrafricaines et les différents groupes rebelles qui opèrent dans le pays.

Cette annonce fait suite à l’engagement pris par le gouvernement lors de l’adoption de la feuille de route de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs à Luanda (Angola), afin de « donner une chance à la paix », selon le chef de l’État.

La Centrafrique est en proie à la violence politique depuis 2013. A l'époque, une coalition de groupes armés à dominante musulmane, la Séléka, avait renversé le président François Bozizé. Des affrontements entre Séléka et milices anti-balaka, majoritairement chrétiennes, avaient ensuite fait des milliers de morts, suscitant l'intervention française, avec l’opération Sangaris, qui a pris fin en octobre 2016. La force de la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) avait alors pris le relais, déployant plus de 11.000 soldats.

ARD/cgd/APA

Réagir à cet article