Congo – Presse – Revue

Coronavirus, hydrocarbures et société en vedette dans la presse congolaise

APA-Brazzaville (Congo) – Léon Charles Moukouri

Les journaux congolais parvenus à APA ce mercredi planchent sur plusieurs sujets dont entre autres l’épidémie du Coranivirus, les hydrocarbures et une société para-étatique qui n’honore pas ses engagements vis-à-vis de ses agents qui vivent un calvaire sans précédant.

« Face à la menace du coronavirus, le gouvernement congolais, en collaboration avec l’ambassade de Chine au Congo, a  organisé le lundi dernier une conférence de presse afin de porter un démenti sur les rumeurs qui circulent sur les réseaux sociaux à propos du ras-le –bol des étudiants qi désirent rentrer au pays », écrit, la semaine africaine.

Cette publication explique qu’au cours de cette conférence de presse, les ministres : Jacqueline Lydia Mikolo de la santé, Bruno Jean Richard Itoua, de l’enseignement supérieur, et Ma Fulin, ambassadeur de Chine au Congo, ont rassuré les congolais qu’aucun congolais n’est atteint de Covis 19 »soulignant par ailleurs qu’ « aucun étudiant congolais ne désire rentrer au pays car les dispositions ont été prises pour régler leurs problèmes.»

« Congo-hydrocarbures : les défis et perspectives de l’industrie pétrolière et gazière ont été au cœur de la 4ème conférence des hydrocarbures qui s’est tenue du 19 au 21 février dernier », barre le patriote à sa ‘’Une’’.

D’après cette publication : « cette rencontre qui était consacrée à l’Etat des lieux, aux perspectives de l’or noir et ses activités connexes a débouchée sur des conclusions ambitieuses en vue de relever les défis de cette industrie au Congo. »

Dans le même élan, les dépêches de Brazzaville font, écho du plaidoyer de la société congolaise de coopération économique et technologique (CCET) pour la libéralisation du secteur de l’énergie dans le pays.

Citant le coordonateur de cette société Jean Marie Ewandza, les dépêches de Brazzaville écrivent que : « faute de la non délivrance de titres de délégation de production et de transport d’électricité par le ministère de tutelle, cette denrée ne concourt pas au développement du pays. Il faut une libéralisation»

Abordant le volet société la griffe fait écho du calvaire des ex-agents de la poste qui dépasse les limites.

« Depuis 11 ans ces ex-agents de la poste sont dans un calvaire sans précédant dû au non versement par l’Etat congolais de leurs droits de fin d’activité à la caisse de sécurité sociale (qui devait assurée leur traitement de retraite) », écrit la griffe qui plaide pour la résolution de leur situation.

LCM/cgd/APA

Réagir à cet article