Côte d’Ivoire-Société-Genre

Côte d'Ivoire: des «insuffisances et ambiguïtés» relevées en matière de genre

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)-

Des leaders d’organisations féminines ont dénoncé, vendredi plusieurs points de l’avant-projet de la loi sur la représentativité des femmes au sein des Assemblées élues, adopté en Conseil des ministres, mercredi dernier.

Bien que cette loi constitue « une  avancée », expliquent-elles, le texte tel que présenté,  comportent plusieurs « ambigüités et faiblesses ».

 En ce qui concerne « l’alternance des sexes», la porte-parole de ces femmes, Rachel Gogoua, présidente du Groupement des organisations féminines pour l'égalité  (GOFEHF), dans une déclaration à la faveur de la célébration de la Journée internationale des Droits de la femme,   relève des « ambigüités ».

« En effet, comment dans une alternance, deux candidatures du même  sexe peuvent-elles se suivre afin que la 3ème  soit de l’autre  sexe ?. Si cette phrase est maintenue en l’état, elle pourrait être source d’inégalités », dénonce-t-elle.

Le projet de loi impose pour les scrutins uninominaux ou  de listes, un quota minimum  de 30% sur le nombre de candidats présentés.

« Si nous approuvons le minimum  de 30% pour les scrutins  uninominaux, nous revendiquons la parité pour les scrutins de liste », a fait remarquer Mme Gogoua.

 Par ailleurs, l’expression « quota minimum » inscrite dans le texte est également dénoncée. « Nous proposons que le quota  soit purement et simplement retiré », propose-t-elle dans cette déclaration.

Quant au financement proposé par le gouvernement pour les listes qui comporteraient 50% de femmes, l’on note « des insuffisances ». Cette partie « ne contraint aucunement  les partis politiques ou groupements  à accompagner réellement  l’élection des femmes ». Le Conseil des ministres du mercredi dernier a adopté un avant-projet de loi sur la représentativité des femmes.

 Ce projet  institue des mesures en faveur  d’une meilleure représentation  de la femme  à  l’Assemblée nationale et au Sénat ainsi que dans les Conseils régionaux, Conseil de district et le Conseil municipaux».

Le tableau actuel de la représentativité des femmes dans certaines instances décisions fait ressortir que le gouvernement ivoirien compte 7 femmes sur 41 ministres, soit 17,07% ; 29 femmes sur 255 députés, soit 11,37% ; 8 femmes sur 66 sénateurs, soit 12,12% ;  15 femmes sur 200 maires, soit 7,5% et une seule femme présidente sur 31 régions, soit 3,33%.

SY/ls/APA

Réagir à cet article