Côte d'Ivoire - Etat - Secteur privé

Côte d’Ivoire : institution du dialogue public-privé à Korhogo en 2023

APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

La ville de Korhogo, située dans le nord ivoirien, abritera après celle de San-Pedro (Sud-ouest) et de Bouaké (Centre), un Comité local de dialogue Etat-secteur privé en 2023.

Ce Comité local de dialogue public-privé regroupera toutes les administrations étatiques et les entreprises opérant dans le département, sous la présidence du préfet, a dit jeudi la secrétaire exécutive du Comité de concertation Etat/secteur privé (SE-CCESP), Mme Mariam Fadiga Fofana.

Mme Mariam Fadiga s’exprimait à l’occasion d’une conférence bilan faisant suite à deux jours de rencontres entre des entités de l’Etat et des acteurs du secteur privé, à Abidjan. Ce dialogue qui est à sa 6e édition, a réuni 34 structures dont 27 administrations et sept structures privées.

 La secrétaire exécutive du Comité de concertation Etat/secteur privé (SE-CCESP) a indiqué que plus de 350 usagers ont visité durant ces deux jours les 37 desks disposés pour la circonstance. Plus de 400 acteurs s’étaient inscrits pour exposer leurs préoccupations.

A l’issue de ces rencontres Business to Government (B to G), les acteurs du secteur privé ont souhaité que cette session ait lieu fréquemment. Mme Mariam Fadiga a fait savoir qu’un réseau des points focaux Etat-secteur privé a été mis en place au niveau du SE-CCESP pour discuter au quotidien des préoccupations. 

Lors de la première journée, une réunion de redynamisation du réseau des points focaux a eu lieu. Ceux-ci, insistera-t-elle, émanent de tout l’écosystème et permettent de résoudre au quotidien les préoccupations, se félicitant de ce qu’à cette session « les points focaux des chancelleries étaient vraiment présents ».

« Pour nous, c’est d’écouter les préoccupations du secteur privé et de la population en général et voir comment au niveau économique on peut avancer » et apporter des réponses efficientes, a affirmé Éric Ouattara, conseiller technique du ministre du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME.

Cela permet au gouvernement de prendre des décisions « plus éclairées et qui tiennent compte des besoins des opérateurs économiques », a-t-il ajouté, espérant que les différentes entités contribueront davantage à cet échange et à cette concertation.

« Pour nous, l’idée, c’est de briser la barrière entre l’administration et les opérateurs économiques », a poursuivi Mme Mariam Fadiga. Elle a rappelé que « c’est depuis 2019 que nous sommes à San-Pedro et que avons mis en place le Comité local de dialogue public-privé présidé par le préfet ».

Dans l’optique de la décentralisation, un second Comité local du dialogue Etat-secteur privé a été instauré à Bouaké, la métropole du centre ivoirien. « L’année prochaine (2023), nous allons aller à Korhogo », a annoncé Mme Mariam Fadiga.


AP/APA

Réagir à cet article