à l'instant

    Côte d'Ivoire-Environnement-Forêt

    Côte d'Ivoire: la forêt classée de Cavally, «n'est pas menacée de disparition », (DG SODEFOR)

    APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

    La forêt classée de Cavally, dans l'extrême ouest ivoirien, « n'est pas menacée de disparition» a rassuré, jeudi, le colonel Mamadou Sangaré, Directeur général de la Société de développement des forêts (SODEFOR), lors d'un atelier de restitution du projet satellitaire de surveillance des forêts.

    « J'entends des gens dire que la forêt classée de Cavally est menacée. Non, la forêt classée de Cavally n'est pas menacée de disparition. Elle est bien préservée», a indiqué le colonel Sangaré Mamadou, présentant les résultats d’une surveillance satellitaire de la zone.

    Selon lui, cette surveillance a été co-réalisée avec le Comité national du mécanisme de Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts  REDD +, en collaboration avec l’ONG The Forest trust (TFT) et Airbus defence and space sur la période de décembre 2017 à juillet 2018.

    « Aujourd'hui, nous avons 58% des 67 541,34 ha de cette forêt qui sont intacts, 33% dégradés à ciel ouvert et 7% dégradés sous la canopée», a révélé  M. Sangaré, se réjouissant de cette technologie qui a abouti à «l'élaboration d'une carte de référence fiable avec une précision presque chirurgicale qui permet à la SODEFOR d'agir, promptement, en cas d'alerte».

    Poursuivant, il a indiqué qu'au cours de l'année 2018, quelque 200 clandestins qui s'adonnent aux pillages et aux déforestations sauvages de cette forêt classée ont été interpellés dont 150 condamnés qui purgent, actuellement, des peines allant d'un à six ans.

    Depuis plus d'un demi-siècle, la Côte d'Ivoire est impactée par la déforestation réduisant son couvert forestier national qui est passé de 16 millions d'hectares en 1900 à 7,8 millions d'hectares 1990 et 3,4 millions d'hectares en 2015.

    La SODEFOR estime, aujourd'hui, à plus de 200 000 hectares la surface de forêt détruite chaque année, principalement, sous l'effet de l'agriculture itinérante sur brûlis et de l'exploitation forestière non contrôlée.

    HS/ls/APA

    Réagir à cet article