à l'instant

    • Début des épreuves écrites du BEPC en Côte d’Ivoire

      APA-Abidjan-(Côte d’Ivoire) — Au total, 465 095 élèves ont débuté, lundi sur toute l’étendue du territoire national ivoirien, les épreuves du Brevet d’études de premier cycle (BEPC) et du test d’orientation en...

    • 116625 contribuables au Cameroun (rapport)

      APA-Douala (Cameroun) De notre correspondant: Mbog Achille — L’administration fiscale a enregistré 5 786 nouveaux contribuables, faisant passer le nombre de 110 839 en 2017 à 116 625 en 2018, a indiqué la Direction générale des impôts (DGI)...

    • Rabat abrite les 18 et 19 juin la 3ème conférence africaine de la...

      APA-Rabat (Maroc) — La 3ème conférence annuelle africaine de la paix et de la sécurité aura lieu les 18 et 19 juin à Rabat à l’initiative du Policy Center for the New South (PCNS), sous le thème : « l...

    Côte d’Ivoire-Justice

    Côte d'Ivoire: le gouvernement impose un délai de six mois aux tribunaux pour trancher une affaire

    APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

    Le gouvernement ivoirien a adopté, jeudi, un projet de loi réduisant les délais des décisions de justice, a annoncé le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné faisant le compte rendu d’un Conseil de ministres présidé par le Chef de l’Etat Alassane Ouattara.

    Un délai de six  mois est ainsi imposé aux tribunaux pour trancher une affaire portée à leur  connaissance. «Ce projet de loi modifie le code de procédure civile, commerciale et administrative. Il modifie les articles 140 et 181 du code de procédure civile, commerciale et administrative en vue de raccourcir les délais des décisions de justice et les délais d'exécution desdites décisions», a expliqué M. Koné.

    Selon M. Koné, également ministre de la communication, de l’économie numérique et de la Poste,  le « dispositif impartit notamment au tribunal un délai de six mois pour faire connaître sa décision sur une affaire portée à sa connaissance».

    Le  second projet de loi, entériné par le gouvernement, rapporte le porte-parole, autorise  le chef de l'État,  à ratifier le protocole contre le trafic illicite des migrants des  Nations  Unies contre la criminalité transnationale organisée.

    « La ratification de ce protocole permettra à notre pays de lutter contre les activités criminelles transnationales organisées et de contenir leur conséquences néfastes sur la sécurité des populations et l'économie des États», a-t-il justifié.

    PIG/ls/APA

    Réagir à cet article