Cameroun-Politique-Crise

Crise anglophone : Paul Biya annonce «un grand dialogue national» dès fin septembre

APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola –

Le chef de l’État camerounais, Paul Biya a annoncé mardi, dans un discours à la nation, la convocation, «dès la fin du mois en cours», d’un grand dialogue national afin d’examiner les voies et moyens de répondre aux aspirations profondes des populations anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, en proie à un conflit sécessionniste depuis trois ans.

Lors de cette allocution d’une demi-heure, il a affirmé que ledit conclave, présidé par le Premier ministre, concernera principalement la situation dans les régions sous conflit, mais aussi toutes les autres composantes de la nation, étant entendu qu’il touchera à des questions d’intérêt commun telles que l’unité et l’intégration nationale et le vivre-ensemble.

«Il aura donc vocation à réunir, sans exclusive, les filles et les fils de notre cher et beau pays, le Cameroun, autour de valeurs qui nous sont chères : la paix, la sécurité, la concorde nationale et le progrès.»

Le dialogue national, a précisé Paul Biya, s’articulera également autour de thèmes susceptibles d’apporter des réponses aux préoccupations de la communauté anglophone, ainsi qu’à celles des autres régions du pays, à l’instar du bilinguisme, la diversité culturelle et la cohésion sociale, la reconstruction et le développement des zones touchées par le conflit, le retour des réfugiés et des personnes déplacées, le système éducatif et judiciaire, la décentralisation et le développement local, la démobilisation et la réinsertion des ex-combattants, le rôle de la diaspora dans le développement du pays, etc.

En amont de la tenue effective du dialogue, le Premier ministre, a souligné Paul Biya, mènera de larges consultations en vue de recueillir les avis les plus divers, devant servir de sources d’inspiration pour la conduite des débats. Dans le même esprit, des délégations seront dépêchées dans les prochains jours à la rencontre de la diaspora, afin de lui permettre d’apporter sa contribution à ces réflexions sur la résolution de la crise anglophone.



FCEB/cd/APA

Réagir à cet article