à l'instant

    • Pas de grandes manifestations de joie à Kinshasa

      APA-Kinshasa (RD Congo) De notre correspondant : Mathias Odiekila – — La victoire de Félix Tshisékédi à la présidentielle en RDC proclamée par la Cour constitutionnelle samedi tard dans la nuit, n’a pas suscité dimanche en début d’après-midi à Kinsha...

    • Attaque au Mali : huit casques bleus tchadiens tués

      APA-Bamako (Mali) De notre correspondant : Alou Diawara - — Huit casques bleus onusiens de nationalité tchadienne ont trouvé la mort ce dimanche dans une attaque qui a ciblé leur camp à Aguelhok dans la région de Kidal (nord-est du Mali), a...

    • Les Burkinabè dans l’attente d’un nouveau gouvernement

      APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant : Alban Kini - — Les Burkinabè sont ce dimanche dans l’attente d’un nouveau chef de gouvernement, 48 heures après la démission de Paul Kaba Thiéba et de tous ses ministres.

    Sénégal-Culture-Biennale

    Dak’Art 2018 : l’art comme « approche inclusive » pour les handicapés

    APA-Dakar (Sénégal)

    Des artistes en situation de handicap ont présenté, samedi à Dakar, leurs différentes facettes à travers la musique et l’art plastique dans le cadre d’une exposition dénommée « Handi’Art », une « approche inclusive » s’inscrivant dans le programme off de la 13ème édition de la Biennale de l’art africain contemporain, Dak’Art 2018, a constaté APA.

    Initiée par la banque nationale pour le développement économique (Bnde), la manifestation a été organisée dans les locaux de cet établissement financier, situé en face de l’Assemblée  nationale. Le public pluriel qui s’est déplacé a d’abord vu des personnes physiquement handicapées avant de s’émouvoir de leur créativité. Leur dextérité manuelle crève l’œil et remplit le spectateur d’admiration.


    « J’ai beaucoup aimé la tapisserie. On sent vraiment qu’il y a le plaisir de créer. Egalement, (j’ai noté que) quelques-uns des tableaux nous interpelle sur l’Afrique et le Maghreb », s’est réjouie la Française Marie-Paule Tessier, notant parallèlement que dans son pays les handicapés retrouvent « de plus en plus » leur place dans la société à travers un système d’inclusion soutenu par l’Etat.


    Au fil de la cérémonie, cette admiratrice est partagée entre le live musical d’un orchestre grandement composé par des artistes atteints d’un handicap moteur ou visuel, ou par le vernissage de plasticiens physiquement touchés par les mêmes anomalies.


    Et ce ne sont pas des œuvres écoulées à deux balles. Le prix affiché de certains tableaux ou tapisseries est de 700 mille FCFA, à l’opposé de plusieurs autres qui ne coûtent pas moins de 200 mille francs.


    Et cela, Rokhaya Camara, porte-parole du collectif des exposants, également handicapée motrice, en est visiblement fière. Car, elle en a profité pour rendre une fière chandelle à ses hôtes et à la Secrétaire générale du ministère sénégalais de la Culture, Mariam Bâ.


    Saluant cette « approche inclusive », Mme Bâ a également précisé que parmi les « 320 manifestations off » inscrites dans le Dak’Art 2018, cinq (5) sont consacrées aux personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap.


    Ces propos ont particulièrement ravi le président de l’Association nationale des personnes en situation de handicap, Yatma Fall qui, en formulant par la suite une doléance pour l’inclusion effective des siens dans la société sénégalaise, a souhaité qu’on mette ses semblables « dans des conditions de pouvoir exprimer (leur) talent ». Parce que pour lui, « l’humanité est une diversité et le handicap en est un élément ».


    Alors « si nous sommes conscients de notre infirmité, nous sommes convaincus de notre efficacité », conclut un éloquent M. Fall, présentant un physique estropié d’une main.




    ODL/te/APA

    Réagir à cet article