Sénégal-Politique-Justice-Verdict

Débouté par la Cour suprême, l’ex maire de Dakar reste en prison

APA – Dakar (Sénégal) Par Oumar Dembélé -

La Cour suprême du Sénégal a rejeté jeudi le recours de l'ex-maire de Dakar, Khalifa Sall, qui conteste sa condamnation à cinq ans de prison assortie d’une amende de plus d’un milliard de francs CFA prononcée par la Cour d’appel, notamment pour « escroquerie aux deniers publics ».

« La Cour rejette les pourvois formés par Khalifa Ababacar Sall, (ses coprévenus) Yaya Bodian, Fatou Traoré et la Ville de Dakar contre l'arrêt numéro 454 du 30 août 2018 de la Cour d'appel de Dakar et les condamne aux dépens », a déclaré Amadou Baal, le président de la Cour suprême, dans son délibéré.

Argumentant sa décision, la Cour « a déclaré irrecevable les recours » de l'ancien maire de Dakar, un des cinq candidats à la présidentielle dont le dossier de parrainage a été validé par le Conseil constitutionnel.

Un des principaux opposants au président Macky Sall pour la présidentielle, dont le premier tour est prévu le 24 février 2019, Khalifa Sall subit son troisième revers judiciaire dans cette affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Ce nouveau revers pourrait le priver d’une participation à  l’élection présidentielle.

En effet, une condamnation définitive de l’ex-maire de Dakar scellerait ses droits civiques. Voilà pourquoi ses avocats comptent introduire un « rabat d’arrêt », une disposition qui permet de saisir une nouvelle fois la Cour suprême pour dénoncer des vices de forme, selon ses avocats.


Pour le moment, Khalifa Sall, en prison depuis près de deux ans, reste en course pour la prochaine présidentielle tant que ses recours ne sont pas épuisés devant les juridictions sénégalaises.

L’ex-maire de Dakar avait été condamné le 20 décembre dernier par la Cour d’appel pour « escroquerie aux deniers publics » et « faux et usage de faux dans des documents administratifs ».

L’Etat qui l’a attrait devant la justice l’accuse d’avoir soustrait de la Caisse d’avance de la mairie de Dakar une enveloppe de 1,8 milliard de FCFA. Ce que Khalifa Sall a toujours nié, arguant qu’il avait à sa disposition des fonds politiques.


ODL/cat/APA

Réagir à cet article