à l'instant

    Zimbabwe-Politique-Sécurité

    Des chars de combat sillonnent les rues de Harare

    APA-Harare (Zimbabwe) -

    Les soldats à bord de chars de combat sont entrés mardi dans la capitale du Zimbabwe, Harare, et sont en train de sillonner les artères du quartier central des affaires, a constaté sur place le correspondant de APA.

    Le commandant des forces de défense, Constantino Chiwenga, avait demandé lundi au président Mugabe de s’occuper, d’une part, des «contre-révolutionnaires qui voulaient déstabiliser» le pays et, d’autre part, de mettre de l’ordre au sein du ZANU PF. A défaut, l'armée avait menacé de « rétablir » l'ordre dans le pays.

    Chiwenga a exhorté Mugabe à prendre des mesures contre les membres de la ZANU PF, y compris la Première Dame Grace Mugabe, qui ont fait des « commentaires tendancieux sur les forces armées, en alléguant que l'armée préparait un coup d’Etat contre le président. »

    Les militaires se sont dits par ailleurs, particulièrement préoccupés par la purge ciblant des héros de la guerre de libération, membres parti au pouvoir.

    Grace Mugabe a pour sa part mis en garde l'armée contre toute ingérence politique.

    Le chef de la Ligue de la Jeunesse du ZANU PF, Kudzai Chipanga, a déclaré mardi dans un communiqué que l'armée devrait « rester dans les casernes, » ajoutant qu’il ne permettrait pas aux militaires de s’immiscer dans les affaires politiques. Ses camarades et lui, a-t-il souligné, étaient prêts à mourir pour défendre le président Mugabe.

    « Nous n'allons pas rester les bras croisés alors que des menaces planent sur un gouvernement légitimement élu », a-t-il prévenu.

    L'ancien vice-président Emmerson Mnangagwa qui bénéficie d’un fort soutien de l’armée, a été récemment limogé par Mugabe.


    JN/pn/cat/APA

    Réagir à cet article