Chers visiteurs, si vous ne retrouvez pas certaines données sachez que le site est toujours en cours de Migration, merci de votre compréhension.

Cameroun-Education -Grève

Des syndicats d’enseignants appellent à la reprise des cours lundi dans la partie anglophone du Cameroun

APA – Douala (Cameroun)

Des enseignants de divers ordres d’enseignements, en l’occurrence, le Syndicat national des enseignants du supérieur (SYNES) et la Fédération camerounaise des syndicats de l’Education (FECASE), ont réitéré samedi, leur appel pour une reprise effective, lundi prochain, des cours dans les régions anglophones du Nord-ouest et du Sud-ouest du pays

Les cours sont suspendus dans cette partie du Cameroun depuis le 21 novembre 2016, suite à une grève initiée par des enseignants.


Ces organisations professionnelles qui encouragent le dialogue en cours entre le gouvernement et les syndicats, ont plaidé pour « une confiance réciproque » pour une reprise effective des cours.


« Nous invitons les coordinations SYNES de Bamenda et Buea à respecter ce que le Bureau exécutif national a décidé, à savoir que la rentrée doit avoir lieu dans les deux campus dès lundi 9 janvier 2017 », a indiqué le secrétariat général du bureau national.


« Nous discutons avec les collègues de Bamenda et de Buea qui sont les signataires des autres mots d’ordre. Ils disent tout simplement qu’ils ne sont pas sûrs que l’ensemble des résolutions arrêtées sera mis en œuvre par le gouvernement. Nous leur faisons remarquer qu’en tant que syndicat, s’il y a des résolutions, nous nous donnons le temps pour leur application, quitte à revenir pour examiner le niveau d’application de celles-ci », a expliqué le SYNES.


Même son de cloche pour la FECASE qui pense que « la rentrée peut être effective dans toutes les zones du Cameroun ».


Si dans la zone francophone, c’est sûr et certain, dans la partie anglophone, on ne sait pas encore, car « le problème dans cette zone c’est que des personnes qui ne font pas partie du secteur éducatif se sont mêlées des revendications. Et c’est cet état de choses qui, en réalité, complique la situation ».


En tout état de cause, « nous leur avons fait comprendre que s’il s’agit toujours et encore des questions liées à l’éducation, qu’ils le fassent savoir en allant à l’école lundi. Cela démontrerait qu’ils ont compris que les pouvoirs publics travaillent sur leurs revendications », a souligné la FECASE.


Le déclenchement d’une grève des avocats et des enseignants de la partie anglophone du pays qui dénoncent « une colonisation des francophones », a dégénéré et provoqué la cessation des cours depuis le 21 novembre 2016.


Malgré la mise en place d’un comité interministériel devant statuer sur les revendications des grévistes, les classes n’avaient pas toujours repris jusqu’au 23 décembre 2016, date officielle des congés du premier trimestre qui prennent fin ce dimanche avec la reprise des cours lundi 9 janvier 2017 pour le compte du deuxième trimestre de année académique 2016/2017.

MBOG/of/APA

Réagir à cet article