à l'instant

    Côte d’Ivoire-Economie

    Entrepreneuriat féminin : les financements publics ivoiriens présentés à une table ronde

    APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

    Les programmes de financements publics en Côte d'Ivoire ont été présentés jeudi à une table ronde organisée à Abidjan autour du thème, « Inclusion financière, clé de la croissance durable pour les femmes transformatrices de Côte d'Ivoire».

    Les programmes de financements publics en Côte d'Ivoire ont été présentés jeudi à une table ronde organisée à Abidjan autour du thème, « Inclusion financière, clé de la croissance durable pour les femmes transformatrices de Côte d'Ivoire».

    La dotation la plus importante en termes d’aide est le Fonds d’appui aux femmes de Côte d'Ivoire  (Fafci). Créé en 2012 avec 1 milliard Fcfa, il est passé à 10 milliards Fcfa vu « l’engouement et le bon remboursement des premiers crédits » accordés aux femmes.  

    Selon Mme Coulibaly Tchawa, responsable du Fonds d’appui aux femmes de Côte d'Ivoire (Fafci), piloté par le Cabinet de la Première dame, ce fonds fonctionne sous forme de micro crédit et s’adresse aux femmes démunies et celles dans le secteur informel.

    « Il est octroyé à travers les microfinances partenaires. Ainsi toute femme majeure qui a un projet d’activité génératrice de revenus et qui a un besoin de financement compris entre 30.000 et 500.000 Fcfa pour les individuels et un million pour les groupements peut solliciter le Fafci », a-t-elle dit.

    Le fonds n‘implique pas de frais de dossier, de commissions, d’engagement et à la limite le taux d‘intérêt est de 12% l’an, soit 1% par mois pour une durée de crédit est de 12 mois, a souligné Mme Coulibaly, indiquant que les activités financées sont, entre autres, dans le domaine commercial et agricole.

    « Dans l’effectif, on tourne aujourd'hui avec un financement direct de 17,8 milliards Fcfa qui impacte plus de 131.000 projets », a-t-elle souligné, ajoutant que pour les besoins excédant un million Fcfa les femmes doivent se référer au fonds du ministère du Commerce, de l’artisanat et de la promotion des PME doté de 5 milliards Fcfa.

    M. Zéphirin Dago, sous-directeur du suivi de l’exécution du budget et des politiques sectorielles au Trésor public de Côte d'Ivoire, a pour sa part fait état des produits d’épargne du trésor, notamment les bons et les obligations.

    Les bons du trésor sont des instruments à court terme alors que les obligations du trésor s’étendent sur le long terme. Pour les bons du trésor, l‘on a des bons dont la maturité est de « trois mois rémunérés à 3,75%, neuf mois 4,85% (taux d’intérêt annuel), six mois rémunérés à 4,75% et 12 mois à 5% », a précisé M. Dago. 

     Concernant les obligations, il en a relevé deux, l’une à trois ans rémunérée à 7,25% et la seconde obligation à 5 ans rémunérée à 8,25%, faisant savoir que « ce sont des instruments qui permettent d’épargner et de financer ses investissements ».

    « Depuis 2005, nous avons mobilisé un peu plus de 9 milliards Fcfa et les intérêts qui ont été reversés aux personnes qui ont souscrit à ces bons sont estimés à 1,1 milliard Fcfa », a-t-il poursuivi. 

    Le ministère en charge de la Femme, soutient également les femmes. Depuis 1994, un fonds dédié à la femme a été institué après la dévaluation du Fcfa. Initialement dénommé Fonds femme et développement, il a été repris sous un nouveau mode opératoire en 2007.

    Aujourd’hui, ce fonds dénommé Projet novateur du fonds national femme et développement fait des prêts aux femmes dites vulnérables des milieux défavorisés et rural. Il faut avoir une activité ou avoir envie d’initier une activité pour en bénéficier avec des conditions allégées. Aucun aval exigé au niveau des microfinances partenaires, ni un compte d’épargne préalable, ni de garantie.

    Une convention a été signée entre le ministère en charge de la Femme et des microfinances permettant aux femmes partout en Côte d'Ivoire d’obtenir un financement de leurs projets générateurs de revenus. Ce fonds, encore dans l’exercice 2017, est doté d’un portefeuille de 500 millions de Fcfa.

    AP/ls/APA

    Réagir à cet article