Guinée-Bissau-Drogue-Saisine

Guinée Bissau : La police judiciaire incinère 789 kilos de cocaïne saisis

APA-Bissau (Guinée-Bissau) De correspondant: Nouha Mancaly

La police judiciaire (PJ) a incinéré ce jeudi14 mars environ 800 kilos de drogue de type cocaïne saisis la semaine dernière à destination des pays de la sous-région.

La police judiciaire (PJ) a incinéré ce jeudi14 mars environ 800 kilos de drogue de type cocaïne saisis la semaine dernière à destination des pays de la sous-région.

Selon le directeur national de la PJ, dans le cadre de l'opération "Maquereau" et en collaboration avec l'Unité de lutte contre la criminalité transnationale, la PJ a intercepté un camion de transport de poisson réfrigéré dans lequel les drogues étaient dissimulées sous un faux fond.

Filomena Maria Vaz Mendes a souligné que le faux fonds contenait 789 kilos de cocaïne, soulignant qu'il s'agissait de la plus grande saisie de ce stupéfiant dans le pays.

Il a dit que la drogue avait pour destination principale la République du Mali, puis va toucher d'autres marchés avec une attention particulière pour la Libye et l'Europe.

"À la suite de cette opération, quatre personnes de nationalités différentes ont été arrêtées : deux Nigérians, un Sénégalais et un national (bissau-guinéen). L'application de l'ordonnance de détention préventive a déjà été demandée au juge d'instruction criminelle pendant que les enquêtes soient en cours", a-t-elle déclaré.

Vaz Mendes a déclaré que cette appréhension témoignait de l'engagement total de la PJ dans la lutte fermée contre le trafic de drogue, criminalisant et décourageant ceux qui tentaient d'utiliser le territoire bissau-guinéen pour la circulation de la drogue.

L'opération, selon le directeur général de la justice, a également fait appel à une assistance internationale, notamment de la part de la Grande-Bretagne par l'intermédiaire de son ambassadeur à Dakar, au Sénégal.

En plus de la cocaïne, ont également été brûlés 116 kilos de marijuana Lors de la cérémonie, le Premier ministre, Aristides Gomes, a déclaré que la lutte contre le trafic de drogue était essentielle pour la crédibilité du pays et pour attirer les investissements étrangers.

Il a souligné que le trafic de drogue était un phénomène qui menaçait l'existence de la nation bissau-guinéenne en tant qu'État et menaçait les possibilités réelles d'attirer des investissements pour le développement socio-économique de la Guinée-Bissau.

"C’est une bataille vitale et nous sommes conscients que c’est une bataille à l’échelle de la sous-région et au niveau international, nous remercions donc tous les pays partenaires qui ont collaboré et continuent de collaborer dans les cas des Portugais et des Américains qui devraient arriver dans le pays" dans quelques jours pour que nous puissions mener cette lutte au bon stade ", a-t-il déclaré.

Gomes a déclaré que la drogue passait dans le pays mais n'était pas consommée en Guinée-Bissau, mais dans les pays où il existe des ressources pour sa consommation.

"C'est pourquoi je dis que c'est aussi un combat pour la survie, ou de l'argent sale finit pour financer des causes sales, à savoir le terrorisme international", a-t-il déclaré.

Outre le chef du gouvernement et le directeur national de la PJ, le ministre de l'Intérieur, le procureur général, des représentants des Nations Unies, la police internationale (Interpol), entre autres, étaient présents à la destruction.


 

NM/cd/APA

Réagir à cet article