Burkina Faso-Société-Habillement

Jadis vêtement des pauvres, le ‘’Koko Donda’’ habille tous les Burkinabè

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) De notre correspondant: Alban Kini

Le pagne burkinabè « Koko Donda », produit dans la région des Haut-Bassins (Ouest) et à l’origine vêtement exclusif des couches défavorisées, est entré de nos jours dans les habitudes vestimentaires de tous les Burkinabè au point de rivaliser avec le célèbre « Faso Danfani », autre pagne local.

Ainsi, il est fréquent de rencontrer dans les rues de Ouagadougou, la capitale burkinabè, des personnes, de tout âge et des deux sexes, portant le « Koko Donda » (l’entrée de Koko, en bambara).

Reconnaissable à ses rayures souvent multicolores, ce vêtement est prisé de nos jours par les Burkinabè pour de multiples raisons allant de son prix modique à sa prestance et à son élégance en passant par sa faculté à s’adapter à la mode.  

Pour Aïcha Koné, une étudiante d’une vingtaine d’années dans une université privée de Ouagadougou, le port du « Koko Donda » la rapproche de son terroir.



 «J’aime m’habiller avec ce pagne parce je suis ressortissante de l’ouest du Burkina et ce pagne est fabriqué chez nous », confie-t-elle fièrement avant d’ajouter que sa garde-robe est riche d’au moins une demi-douzaine de tenues cousues avec le pagne Koko Donda.

 Aimé Elvis  Konkobo, jeune fonctionnaire, adore le Koko Donda parce qu’il « fait classe » et lui vaut, quand il le porte, les félicitations de ses collègues. « Généralement quand je porte un habit cousu à l’aide de ce pagne, les gens l’apprécient positivement», souligne-t-il.

Hamidou Ouédraogo fait sûrement partie de ces admirateurs du « Koko Donda » et en dandy appréciant tout ce qui est à la mode, il s’est mis rapidement au pagne qui fait fureur. «Je porte, explique-t-il, ce pagne pour ne pas rester en marge de la mode. Voyez-vous, c’est la mode actuellement. Vous verrez que toute personne qui se dit branchée porte le Koko Donda».

L’engouement des Ouagalais et des citadins d’autres villes burkinabè pour le pagne ‘’Koko Donda’’ peut être attribué à certains stylistes burkinabè qui en font la promotion lors des défilés de mode.

Le dernier exemple en date est la soirée dénommée ‘’Folie de mode’’, organisée le 27 octobre dernier à Ouagadougou. Le styliste burkinabè Sébastien Bazemo dit Bazem’Se qui promeut le « Koko Donda » depuis pratiquement deux ans en a profité pour le faire davantage aimer par les Burkinabè.

«Je veux montrer au public que ce pagne est une fierté burkinabè», avait-il notamment déclaré, à l’issue d’un défilé de mode. Et d’ajouter : «mettre en valeur ce pagne originel du Burkina Faso, c’est apporter une autre vision à ce produit local pour soutenir les femmes qui le produisent». 

Au demeurant, faire la promotion de ce pagne a été rendu facile en partie grâce à son prix abordable. «Avec 5000 ou 3000 FCFA, on peut s’acheter au moins deux pagnes Koko Donda. Pourtant, pour s’acheter un ‘’Faso Danfani’’, il faut débourser dans l’ordre de 10.000 FCFA»,  renseigne le commerçant Adama Bamogo.

La conjoncture est passée par là, car il y a quelques années les trois pagnes ‘’Koko Donda’’ coûtaient environ 1000 FCFA là où les autres pagnes se négociaient 1500 FCFA l’unité.

Toujours est-il que le «Koko Donda » fait en ces temps de cherté de la vie l’affaire des Burkinabé qui, après l’avoir longtemps considéré comme un vêtement réservé aux vieilles villageoises et aux bonnes, n’ont plus aucun complexe de le porter.


ALK/cat/te/APA

Réagir à cet article