à l'instant

    Côte d’Ivoire-Environnement

    La Côte d’Ivoire ambitionne de faire passer son taux de couvert forestier de 15 à 20% (Ministre)

    APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

    Dans une communication lue, jeudi, par son Directeur de cabinet, Didier Gbogbou à la 2è édition de ‘’Abidjan Green Conferences’’, le ministre des Eaux et Forêts, Alain Richard Donwahi, a déclaré que ‘’la Côte d’Ivoire ambitionne de faire passer son taux de couvert forestier de 15 à 20%, voire plus à l’horizon 2030''.

    Le ministre Donwahi dont la communication portait sur ‘’ Désertification en Afrique, défis et perspectives pour les forêts ivoiriennes’’ a rappelé que des programmes de reboisement ont été initiés par le Ministère des Eaux et Forêts depuis plusieurs années en Côte d’Ivoire.

    Il s’agit de ‘’l’année de la forêt initiée en 1988 par le président de la République, feu Félix Houphouët Boigny, la journée de l’arbre, les reboisements compensatoires exigés aux exploitants forestiers et industriels du bois détenteurs d’un permis d’exploitation’’, et ‘’plus récemment, les initiatives +une école, 5 ha de forêt +, +muraille verte+, et +flanc des montagnes+’’, a cité M. Donwahi.

     Ces programmes attestent, selon lui, de ‘’la conscience fortement prise par les autorités ivoiriennes pour freiner l’avancée du désert en Côte d’Ivoire’’ avec l’ambition affichée ‘’de faire passer son taux de couvert forestier de 15% actuellement à 20%,voire plus à l’horizon 2030’’, a indiqué le ministre Alain Donwahi.

    Pour atteindre cet objectif, ‘’une nouvelle politique de préservation et de réhabilitation des Forêts’’ comme solution à la lutte contre l’avancée du désert et contre le changement climatique en Côte d’Ivoire a été mise en place, a ajouté M. Donwahi.

    Au nombre des axes de cette politique de préservation et de réhabilitation des forêts, figurent des actions comme ‘’compléter à très court terme le dispositif législatif et réglementaire de protection des arbres et massifs forestiers en introduisant dans le Code Forestier un nouveau statut, celui de l’Agro-Forêt Classée, protéger de façon stricte les forêts classées conservées à plus de 75% et surclasser en aires protégées celles qui s’y prêteraient, reclasser les forêts classées dégradées à plus de 75%, en totalité ou en partie, en Agro-Forêts Classées…’’.

    Par ailleurs il a noté l’existence d’environ 325 espaces de plus de 200 hectares chacun, couverts de forêts à plus de 70% et représentant en tout près de 260 000 hectares, actuellement ni suffisamment protégés par des textes, ni surveillés, donc gravement menacés.

    ‘’La Côte d’Ivoire est déjà au rendez-vous d’une lutte farouche contre la désertification, ce grand fléau qui n’épargne actuellement aucune région du monde. C’est en cela que la COP 21 tient tout son mérite et la Côte d’Ivoire a été heureuse d’avoir participé à la conférence sur le changement climatique et d’avoir fait des propositions pertinentes’’, a conclu Alain Donwahi.

    ’’Abidjan Green Conferences’’ qui est un cadre d’échanges entre les acteurs de l’économie verte, a pris fin par une opération de planting d’arbres dans la cour d’une école primaire de la commune Cocody, le quartier des Ambassadeurs, à l’Est de la capitale économique ivoirienne.

    HS/ls/APA

    Réagir à cet article