à l'instant

    Maroc-Presse

    La formation du gouvernement et le retour du Maroc à l’UA au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

    APA-Rabat (Maroc) -

    Les quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi consacrent de larges commentaires aux consultations pour la formation du gouvernement, l’élection des organes de la Chambre des représentants et le retour du Maroc au sein de l’Union africaine.

    +Assabah+ estime que le chef du gouvernement « est maintenant cerné par des échéances nationales et régionales très sensibles, auxquelles il est tenu d’apporter des réponses parlementaires, gouvernementales et constitutionnelles » dans le cadre d’un Etat d’institutions et du respect des chartes et pactes internationaux.

    La demande insistante, lancée depuis plus de trois mois, d’accélérer la formation du gouvernement et de dépasser le blocage n’avait pas pour objectif de "circonscrire" le chef du gouvernement et "l’acculer dans un angle étroit" pour lui imposer des conditions impossibles, mais plutôt de relancer la dynamique institutionnelle et combler le vide constitutionnel et juridique qui met le pays dans une situation critique devant un ensemble de dossiers fondamentaux, explique le journal.

    +Maroc Hebdo+ indique qu’à défaut d'avoir réussi à prendre le taureau par les cornes, Benkirane "se retrouve aujourd'hui lui-même au centre de l'arène".

    "En même temps, si l'on met de côté son piètre bilan aux niveaux économique, social et économique, on ne manque toutefois pas, donc, de ressentir beaucoup d'empathie à son endroit. L'homme ne cesse de prendre des coups. Le plus souvent des bas, mais aussi de façon frontale. Ultime illustration, tenant coûte que coûte à garder le Parti de l'Istiqlal à ses côtés, il s'est vu obligé, au bout de presque trois mois de siège psychologique, de se désavouer", écrit l’éditorialiste.

    Pour l’Observateur du Maroc et d’Afrique, la "véritable impasse" concerne une lutte idéologique entre le PJD et le reste des partis politiques.

    Pour sortir de bon de l’impasse, il est nécessaire de retrouver l’essence de la démocratie, c’est-à-dire le débat public, souligne la publication.

    C’est seulement en posant toutes les questions sans autocensure que les différentes représentations politiques susciteront l’adhésion populaire autour d’un vrai consensus démocratique, soutient-il.

    Abordant le retour du Maroc au sein de l’Union africaine, +Challenge+ affirme que "demain, notre pays reprendra sa place au sein de l'Union africaine. La grande majorité des membres de la famille de ce grand continent, a dit grand "OUI" au retour du Maroc fondateur et un des portes flambeaux de la lutte pour l'indépendance des pays africains".

    Il reste quelques pays qui vivent encore comme "les grands dormeurs" enveloppés dans les drapeaux de la guerre froide et qui voient dans la présence marocaine à Addis-Abeba, un motif d'inquiétude, constate-t-il.

    Selon Le Reporter, les responsables algériens et la présidente sortante de la commission de l’Union africaine Nkosazana Dlamini-Zuma "ont tout fait pour empêcher ce retour".

    Les uns après les autres, des arguments juridiques puis des procédures ont été mis en avant, dans l’objectif totalement assumé par l’Algérie d’ailleurs de ne pas laisser le Maroc reprendre sa place auprès de ses pairs africains, explique-t-il.

    +Al Alam+ commente la problématique de la mise en place des organes de la Chambre des représentants. Le journal estime que la problématique "n’est pas purement constitutionnelle" mais "plutôt politique".

    "Elle est victime de lectures politiques abusives dans plusieurs de ses aspects", commente-t-il, précisant que chaque partie "s’efforce de chercher à appuyer sa position politique par des articles constitutionnels".

    Selon lui, l’élection des organes de la Chambre des représentants "n’est pas isolée de la formation de la majorité parlementaire".

    Finances News Hebdo aborde la performance de la Bourse de Casablanca. "Il y a bien longtemps que la Bourse de Casablanca n'avait pas connu une aussi belle dynamique. En enregistrant une sixième séance de hausse consécutive, le marché a vu ses deux indices phares franchir un nouveau palier", affirme l’éditorialiste.

    "Aussi, en ce début d'année, faut-il rester prudent, car les investisseurs ne sont pas forcément au bout de leur surprise", relève-t-il.

    HA/APA

    Réagir à cet article