à l'instant

    • La peste équine déclarée au Tchad

      APA-N'Djamena (Tchad) De notre correspondant Adam Hassane Deyé — Le ministre de l’Elevage et des Productions Animales, Gayang Souaré a fait état de la mortalité massive des ânes et des chevaux enregistrée dans certaines provinces depuis quelques...

    • Cameroun : Vers une suspension d’un financement de 73 milliards d...

      APA – Douala (Cameroun) De correspondant: Mbog Achille — La France à travers le Contrat développement-désendettement (CD2) pourrait suspendre sa participation dans le projet de drainage des eaux de la ville de Douala à hauteur de 73 mill...

    • Plus de 3.000 coureurs au Marathon international de Nouadhibou

      APA-Nouakchott (Mauritanie) De notre correspondent : Mohamed Moctar — Plus de 3.000 coureurs ont pris part à la 9e édition du au Marathon international de Nouadhibou lancé dimanche dans la capitale économique mauritanienne, a appris APA de sources sp...

    Mauritanie-Santé

    La mortalité maternelle en Mauritanie se situe autour de 582/100.000 naissances vivantes

    APA-Nouakchott (Mauritanie)

    Pas moins de 582 femmes meurent sur 100.000 naissances vivantes en Mauritanie, a déploré le secrétaire général du ministère de la Santé mauritanien, Ahmed Ould Dié.

    Aussi, quelque 29 enfants meurent sur 1.000 enfants nés dans le pays, a-t-il ajouté à l’ouverture d’un atelier de validation du guide de surveillance et de lutte contre la mortalité maternelle et néonatale, lundi à Nouakchott.


    Le responsable mauritanien a également exprimé son regret pour le fait que les objectifs 4 et 5 des OMD santé relatifs à la mortalité maternelle et infantile n’aient pas été atteints en dépit des efforts déployés par son département.


    Il a rappelé l’engagement pris cependant par son pays d’améliorer la santé de la mère et de l’enfant, des adolescents et des jeunes par le biais de la mise en œuvre du plan Mayoto, ainsi que les autres engagements pris au cours de la réunion des ministres africains de la santé, organisée en 2014 par l’UA et l’OMS.


    Ould Dié a par ailleurs souligné la nécessité d'enregistrer tous les décès et d’identifier leurs causes pour œuvrer à leur limitation à travers une intervention plus efficace.
    C’est dans cette optique, a-t-il expliqué, qu’un programme de surveillance et de lutte contre la mortalité maternelle et néonatale a été mis en place.

    Un programme généralisé sur toutes les régions du pays et qui porte obligation de signaler les décès des enfants.

    MOO/of/APA

    Réagir à cet article