à l'instant

    Côte d’Ivoire-Libye-Société

    La vente des migrants en Libye, un "échec" de la stratégie de l'UE, selon une organisation panafricaine

    APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)

    L’Union africaine des ONG de développement (UAOD) estime que la vente des migrants au sud de la Libye est due à un "échec de la politique de brimades par tous les moyens de l’immigration clandestine de l’Union européenne", dans une note publiée dimanche.

    "Les traitements dégradants infligés aux migrants en Libye et qui vont contre la morale humaine en renvoyant l’humanité toute entière à des siècles en arrière, sonnent comme l’échec de la politique de brimades par tous les moyens de l’immigration clandestine de l’Union européenne", affirme Satigui Koné, le président de l'UAOD dans cette note. 

    Selon l'UAOD ,"les pays d’Europe ont fait le pari de briser l’immigration clandestine par la force des barbelées, des canons à eau et des millions d’euros distribués à tous ceux qui peuvent empêcher les migrants d’atteindre les côtes européennes par tous les moyens" en excluant la société civile.

    Pour l'organisation panafricaine, cette stratégie "prend tout en compte sauf une réelle sensibilisation des vrais acteurs de l’immigration" représentés par la société civile.

    Elle dénonce en outre "l’hébétement des dirigeants africains" car "la situation politico-sécuritaire de la Libye reste un casse-tête pour les dirigeants africains".

    Les pays africains doivent en revanche "améliorer la stratégie de lutte contre le départ de leurs citoyens pour l’hypothétique eldorado", soutient M. Koné, qui appelle à la création d’emplois, la sensibilisation effective des populations des zones rurales et des jeunes.

    L'UAOD recommande par ailleurs une réelle mobilisation nationale pour stopper le départ des candidats à l’immigration clandestine, et le développement de la formation dans les secteurs clés de l’artisanat afin de créer de l’espoir et freiner la tendance suicidaire des candidats à la traversée de la Méditerranée. 

    La Libye reste divisée entre de nombreuses factions militaires ou tribales dont le contrôle échappe à tout pouvoir central. Le pays connaît un chaos depuis la mort du Guide de la Révolution Mouammar Kadhafi. Une situation qui laisse libre cours à toute sorte de crimes organisés et des trafics d'êtres humains. 

    PIG/ap/ls/APA

    Réagir à cet article