Côte d'Ivoire-Culture-Festival

Le 11è festival Cine Droit Libre se penche sur la démocratie pour un «débat franc et ouvert»

APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

La 11è édition du festival Cine Droit Libre, une tribune libre pour la défense des droits humains et de la liberté d’expression, se tiendra du 11 au 16 novembre 2019 à Abidjan autour du thème, «Pourquoi la démocratie? », a annoncé vendredi dans la capitale économique ivoirienne, son coordonnateur général, Yacouba Sangaré au cours d'une conférence de presse.

Cette édition placée sous le parrainage de l'Ambassadeur de l'Union européenne (UE), Jobst von kirchmann permettra de revisiter la notion de démocratie et ses implications à travers des conférences, des panels, des ateliers et des projections de films.

« Face à une situation aussi peu reluisante, le festival a décidé, cette année, d’axer sa thématique générale sur la défense et la promotion de la démocratie. Il aura pour thème principal : Pourquoi la démocratie ? », a annoncé M. Sangaré. 

Selon lui, « il s’agira, concrètement, à travers une série d’activités, de susciter d’abord, sans passion,  un débat franc et ouvert sur la problématique de la démocratie en Afrique. Et ensuite, de sensibiliser les populations sur la nécessité d’œuvrer pour l’enracinement de la culture démocratique en Afrique ».

Par ailleurs, trois types de formation sont au menu de cette édition. Il s'agit du master class, une "formation pratique" avec un cinéaste qui partage ses expériences avec des étudiants en cinéma, de l'atelier des médias consacré à l'utilisation des réseaux sociaux pour faire la promotion des droits humains et de l'atelier d'éducation des masses.

Un concours de slam est également inscrit au programme de cette édition 2019 dont les activités sont prévues à l'Institut Goethe, à l'institut français, à la place inchaAllah de Koumassi (Sud d’Abidjan) et au Lycée des jeunes filles de Yopougon (Ouest d’Abidjan).

Outre la démocratie, des films portant sur des thématiques du civisme, de la migration, de la violence contre les femmes, de la liberté d'expression sont prévus de même qu'un village du festival.

« En 10 ans d’existence, le festival a grandi avec des partenaires. Des jeunes réalisateurs ont été formés. Grâce à ce festival, des jeunes font des films documentaires sur les droits humains », s'est félicité Yacouba Sangaré.

Dans le même élan, il a souligné « un impact positif » sur les réalisateurs avec une « confiance des organisations des droits de l'homme ».  

« Les gens ont une perception étriquée des droits humains (...) il y a beaucoup d'efforts à faire », a poursuivi M. Sangaré, ajoutant qu'en matière de droits humains, « l'Afrique est à la traîne en dépit des efforts ». Pour lui, les droits de l'homme doivent être l'affaire de tous.

Le festival  Ciné Droit Libre est un festival alternatif consacré aux films sur les droits humains et la liberté d’expression en Afrique. Créé en 2005, au Burkina Faso, par l’Association Semfilms, il s’est fixé comme objectif de donner une plateforme aux cinéastes et journalistes du monde entier dont les œuvres (des films portant sur les droits humains et la liberté de la presse) sont censurées ou ont eu des difficultés de diffusion à cause de leur contenu dérangeant.

Le principe du festival : « Un film, un thème, un invité, un débat».  En Côte d’Ivoire, le festival Ciné Droit Libre se tient depuis 2008, en partenariat avec le Goethe-Institut, soutien historique de l’événement.   

LS/APA

Réagir à cet article