à l'instant

    • Guinée : le SLECG appelle à une marche pacifique, lundi

      APA-Conakry (Guinée) De notre correspondant : Sadjo Diallo — Le secrétaire général du Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG), Aboubacar Soumah appelle à une marche pacifique, lundi 17 décembre à Conakry.

    • Niger : vers la fermeture de 31 établissements scolaires

      APA-Niamey (Niger) De notre correspondant : Assane Seydou — Le ministre de l’Enseignement primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des langues Nationales et de l’Education civique, Daouda Mamadou Marthé a annoncé, samedi, au cours d’...

    • Deux morts dans une attaque de Boko Haram au Cameroun

      APA-Douala (Cameroun) De notre correspondant : Mbog Achille — Au moins deux personnes ont été tuées et plusieurs autres enlevées samedi dans la localité de Tarmoua, région de l'Extrême-nord dans une attaque de Boko Haram, a appris APA dimanch...

    Botswana-Justice

    Le Botswana n’a pas l’intention d’abolir la peine de mort (président)

    APA-Gaborone (Botswana)-

    Le Botswana n’a pas l’intention d’abolir la peine de mort ni d’imposer un moratoire sur sa mise en œuvre, a déclaré mardi son président, Ian Khama qui recevait les chefs des missions diplomatiques accréditées à Gaborone.

    Notant que le débat sur cette question suscite de l’intérêt dans certains milieux, M. Khama a déclaré que le Botswana considère que la peine de mort est une question de justice pénale et que son application aux crimes les plus graves est le droit souverain des États.

    « Il est important de noter que la peine de mort n’est pas imposée arbitrairement au Botswana. En bref, son application fait suite à un processus judiciaire approfondi et exhaustif qui répond aux normes fondamentales d’un procès équitable. La peine appliquée pour les crimes les plus graves au sens du droit international », a déclaré le dirigeant botswanais.

    «À cet égard, a-t-il ajouté, en tant que gouvernement, nous n’avons pas l’intention d’abolir la peine de mort ni d’imposer un moratoire sur son application ».

    Les militants des droits de l’homme et l’Union européenne ont plaidé pour imposer un moratoire sur la peine de mort et organiser un référendum pour déterminer si le peuple botswanais est favorable à l’abolition de cette pratique.





    KO/jn/lb/te/APA

    Réagir à cet article