à l'instant

    Cameroun-Presse-Revue

    Le dernier voyage d’un évêque assassiné émeut les journaux camerounais

    APA-Yaoundé (Cameroun) -

    La poignante homélie de Joseph Akonga Essomba, vicaire de la cathédrale de Yaoundé, à l’occasion d’une messe d’adieu à l’évêque de Bafia (Centre), Jean Marie Benoît Bala, dont le corps a été repêché des eaux du fleuve Sanaga le 2 juin dernier, a fortement animé les colonnes des journaux camerounais parus jeudi.

    C’est une vive émotion qui a parcouru la capitale, aussi bien lors de la cérémonie de mise en bière qu’à l’occasion de ladite messe, constate avec force détails le quotidien à capitaux publics Cameroon Tribune, évitant les aspects polémiques de la cérémonie.

    «Les homos ont tué Mgr Bala», titre InfoMatin en puisant abondamment dans le sermon du vicaire, qui a mis les pieds dans le plat en affirmant que Mgr Bala est mort parce qu’il défendait les prêtres de l’Église catholique du pays, de plus en plus convoités par des lobbies sataniques pratiquant des relations contre-nature entre personnes du même sexe.

    Ce sont effectivement de «troublantes révélations», confirme le bihebdomadaire L’Anecdote qui reprend cette saillie de l’officiant : «Notre Église est livrée aux forces des ténèbres par les suppôts de Satan, et d’autre part par certains faux membres de cette Église, innombrables bienfaiteurs et sympathisants qui veulent la détruire de l'intérieur.»

    L’Église demande la tête de l’assassin, renchérit La Nouvelle Expression : dans son homélie, ce camarade du regretté évêque soutient la thèse d’une main criminelle ayant précipité son homologue dans l’eau, allant plus loin que la Conférence épiscopale nationale qui s’est contentée de dénoncer un assassinat brutal.

    Il s’agit, analyse la publication, d’une sortie bien embarrassante pour le pouvoir de Yaoundé et pour la justice du pays, le procureur général près de la cour d'appel du Centre, Jean Fils Ntamack, s’étant précipité pour indiquer que «la noyade» était la cause la plus probable du décès de l'évêque.

    Qui tue les prêtres de ce pays ? s’interroge gravement Le Jour qui se fait lui aussi l’écho de ce coup de sang de Joseph Akonga Essomba, qui s’est ouvertement et clairement adressé à ceux-là qui, tapis dans l'ombre, veulent toujours faire du mal.

    «Assassinat de prélats : Paul, pourquoi persécutes-tu l’Église ?», relaie Baromètre Communautaire, selon lequel cette homélie de l’office funèbre a été inspirée de l’Épitre de Saint-Paul aux Corinthiens, qui fustige «les faux membres» et autres ouailles d’occasion qui viennent se cacher dans les temples en espérant y obtenir la repentance divine.

    Le dernier voyage de Jean-Marie Benoît Bala a également été endeuillé par un accident connu par le convoi funèbre, indique L’Essentiel qui parle de deux morts dont le gendarme qui ouvrait le convoi et, de plein fouet, a percuté un petit véhicule qui roulait en sens inverse.


    FCEB/cat/APA

    Réagir à cet article