à l'instant

    Côte d’Ivoire-Maroc-Technologie

    Le financement des Start- up comme alternative à la croissance du continent

    APA-Tanger-(Maroc)-

    L’ édition 2018 du congrès de la technologie et de l’innovation en Afrique, CYFY Africa 2018 s’est achevée samedi soir à Tanger au Maroc où les acteurs ont proposé le financement des Start-up des jeunes comme une alternative crédible à la croissance du continent.

    Selon Helen Hai, Présidente Directrice Générale de made in Africa Initiative, de la Banque Africaine de Développement (BAD) , les pays africains n’ont pas à désespérer quant à leur essor.

    Donnant l’exemple de son pays d’origine, la Chine, Mme Hai a fait remarquer que « la technologique et l’informatique se sont développés au fil du temps à une vitesse incroyable jusqu'à devenir un moyen de communication incontournable ».

    Dans un autre panel de clôture du congrès , Hala Abdala Sarhan, ancienne animatrice et vice-présidente de l’Émission de télévision, Dream TV en Egypte, a pour sa part présenté le « numérique comme l’avenir de notre époque »

    Quant à l’Américain Eran Raven Feigenbaum, ancien chef de la sécurité chez Google, il propose une complémentarité entre les secteurs publics et privés dans le développement de la technologie en Afrique.

    «Les gouvernements jouent un rôle important dans le développement de la technologie dans un pays, et cela passe à travers plusieurs pistes notamment les octrois de licences professionnelles aux entreprises », a-t-il indiqué à cette tribune.

    « Il devrait y avoir encore plus de liens entre le public et le privé notamment dans le développement des programmes scolaires sur internet, il faut absolument innover », a insisté le paneliste Eran Raven.

    Quelques 100 panelistes composés entre autres d’universitaires, d’économistes, de journalistes ont pris part à cette plateforme pour booster le numérique en Afrique durant 72 heures à Tanger dans le Nord du Maroc.

    Le ministre marocain de l’industrie, de l’investissement, du commerce, de l’économie numérique, Moulay Hafid El Alamy a insisté au cours des travaux sur la nécessité de la formation.

    « L’impact de cette technologie mondiale sera profitable à l’Afrique(…) créera du travail …il faut préparer l’avenir en format les jeunes », a-t-il conclu.

    SY/hs/ls/APA

    Réagir à cet article