à l'instant

    Congo-Afrique-Hydraulique-Discours

    Le Maroc est résolument engagé dans la réalisation des projets africains (Mohammed VI)

    APA-Brazzaville (Congo) -

    Le roi Mohammed VI a réaffirmé, dimanche à Brazzaville, la ‘’détermination’’ de son pays à œuvrer ‘’sans relâche’’ pour la réussite des ‘’grands projets structurants’’ qu’entreprennent les Africains, donnant l’exemple de l’engagement de Rabat dans la sauvegarde du Bassin du fleuve Congo.


    ‘’Le Royaume du Maroc s’est mobilisé et pour assurer la réussite de ce projet ambitieux, il a déployé l’expertise qu’il a acquise en matière de lutte contre les changements climatiques », a notamment déclaré le souverain chérifien, a l’ouverture des travaux du premier sommet de la Commission du Bassin du Congo et du Fonds Bleu du Bassin du Congo.

    « Nous avons choisi de soutenir ce programme, car il est fondé sur un nouveau paradigme qui répond aux besoins présents et futurs. Il
    s’appuie, en effet, sur des programmes intégrés, inclusifs et solidaires de la nouvelle économie bleue et verte», a ajouté Mohammed VI, par ailleurs invite spécial du sommet.

    « Le Fonds Bleu entraînera, nécessairement, une dynamique positive, porteuse de projets capables de soutenir les économies des Etats membres », a assuré le roi Mohammed VI avant d’appeler ses pairs du continent à relever le ‘’défi majeur’’ que constitue le financement du projet.

    ‘’Nous devons, a-t-il souligné avec force, innover et créer des mécanismes qui identifieront et mobiliseront les ressources financières (…) Il nous faut convaincre les bailleurs de Fonds bilatéraux et multilatéraux, publics ou privés ‘’.

    Selon le souverain, ‘’relever le défi de la mise en valeur du Bassin du fleuve Congo, c’est créer une dynamique coopérative, en faveur du développement durable, non seulement à l’échelle des pays riverains, mais également dans l’ensemble du continent.

    En avocat de l’environnement, il a lancé en direction de ses pairs : ‘’Si nous souhaitons protéger les deux poumons de la planète, ce défi doit devenir une ambition collective, portée par l’Afrique et par le monde’’.

    L’importance de la question fait, a relevé Mohammed VI, la réunion de Brazzaville ‘’sonne comme une urgence pour tous. Elle est
    capitale pour notre continent, elle l’est également pour l’humanité toute entière, car elle est l’expression d’une prise de conscience
    collective des effets dévastateurs du réchauffement climatique pour la planète’’.

    Il a également lancé cette mise en garde : ‘’L’appauvrissement de ce patrimoine qui nous est commun engendre de lourdes conséquences sur la vie quotidienne des populations et nuit au développement socio-économique des communautés qui en dépendent’’.

    Pour sa part, le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, hôte du sommet et président de la Commission climat du bassin du Congo, a mis l’accent sur l’urgence a ‘’rendre effectif le fonctionnement de la Commission climat du Bassin du Congo et du Fonds bleu pour le Bassin du Congo’’, deux instruments novateurs de coopération panafricaine qui restent ouverts aux contributions des pays membres de l’Organisation des Nations Unies.

    « Le projet de budget soumis à notre attention témoigne de la nécessité de l’urgence de promouvoir un partenariat international à l’avantage de la Commission climat du Bassin du Congo et du Fonds bleu pour le Bassin du Congo’’, a-t-il souligné avant de conclure son discours par une invite aux partenaires financiers à tenir leurs promesses en accompagnant les pays du Bassin du Congo au regard des enjeux de l’environnement qui sont planétaires.





    LCM/cat/APA

    Réagir à cet article