Ligue arabe- Réunion

Le prochain Sommet arabe doit se tenir sur la base d'un engagement de responsabilité (Bourita)

APA-Le Caire (Egypte)

Le prochain Sommet arabe doit se tenir sur la base d'un engagement de responsabilité, loin de tous calculs étroits ou logique dépassée, a affirmé mardi au Caire le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

Dans une allocution prononcée devant le Conseil de la Ligue des États arabes au niveau ministériel lors de sa 158e session ordinaire, le ministre a déclaré que "le contexte international et arabe requiert que le prochain Sommet se tienne sur la base d'un engagement de responsabilité et loin de tous calculs étroits ou de logique dépassée, en consolidant la confiance nécessaire et en respectant les rôles de chaque partie".

Le Maroc s'est engagé au cœur de l'action arabe commune, aussi bien à l’intérieur des principales structures de la Ligue des États arabes, qu’à travers les instances qui en relèvent, comme en atteste l’organisation par le Royaume du Maroc de sept sommets arabes qui ont contribué à unifier la voix arabe et à donner un nouvel élan à l'action arabe commune, a-t-il dit.

D'autre part, M. Bourita a appelé à "une lecture objective de la réalité du monde arabe, qui est en proie à des différends internes et externes divers et à des manœuvre externes et internes visant à semer la division, à soutenir les velléités séparatistes, à déclencher les conflits frontaliers, ethniques, sectaires et tribaux et à consumer la région et épuiser ses richesses".

Il a de même souligné que la principale problématique réside dans l'absence d'une vision commune claire pour affronter ces défis, d'une manière qui préserve la sécurité, la stabilité et l'unité territoriale et nationale des États.

Le monde arabe "se trouve face à un tournant très difficile, qui nous oblige à surmonter d'urgence les obstacles qui empêchent le renforcement de la cohésion et de la solidarité entre nos pays arabes et détournent notre attention et nos efforts des grands enjeux politiques et économiques qui se posent avec acuité dans l'agenda arabe et qui, de surcroit, doivent être traités efficacement", a-t-il poursuivi.

Dans ce sillage, le ministre a affirmé que "le moment est venu de jeter les bases solides d'un partenariat arabe intégré visant à développer des mécanismes d'action arabe commune et à construire un système collectif moderne, renouvelable et efficace".

Ce système doit offrir des conditions objectives d'inter-coopération à même d'encourager l'investissement, de réhabiliter l'économie et le facteur humain, d’améliorer les performances, de faciliter l’implication dans la communauté du savoir et de la communication et de consacrer les principes de la démocratie et des droits de l'Homme, en tenant compte des particularités et des composantes de chaque pays et peuple et de sa volonté indépendante et son rythme de développement, a-t-il dit.

Le ministre a, d'autre part, souligné que le triomphe de la cause palestinienne, à la lumière des développements successifs dont elle a été témoin, requiert l’adoption d’approches réalistes et pragmatiques afin d'être plus efficace, et ce loin des logiques de surenchère et de manipulation politique.

M. Bourita a assuré, à cet égard, que le Maroc continuera, sous la direction du Roi Mohammed VI, à défendre les droits légitimes du peuple palestinien, avec en tête son droit à établir un État palestinien indépendant avec Al Qods-Est comme capitale aux frontières de 1967, vivant côte à côte avec Israël dans la paix et la sécurité.

Cette question représente l'une des constantes de la politique étrangère du Royaume, telle qu’elle a été élaborée depuis l'indépendance, a-t-il affirmé. 

Passant en revue la situation imposée par la pandémie du coronavirus, M. Bourita a déclaré que le Maroc, croyant au principe de solidarité et d'interdépendance, n'a ménagé aucun effort pour apporter son soutien à de nombreux pays arabes et africains pour les aider à surmonter les conséquences de la pandémie.

Il a également abordé la question du climat et son importance primordiale, soulignant dans ce contexte que des espoirs sont placés sur la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur les changements climatiques, que l'Égypte accueillera en novembre prochain, pour réaliser des acquis positifs dans ce sens.

HA/APA

Réagir à cet article