Cameroun-Guinée Équatoriale-Coopération

Le projet de pont entre le Cameroun et la Guinée Équatoriale se précise

APA-Yaoundé (Cameroun) De notre correspondant : Félix Cyriaque Ebolé Bola

Un mémorandum d’entente entre le Cameroun et la Guinée Équatoriale relatif au projet de construction d’un pont transfrontalier sur le fleuve Ntem, sera signé «au plus tard le 15 mars prochain», a appris APA lundi auprès des services compétents du ministère de l’Économie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat).

Cette annonce intervient après une concertation, tenue en fin de semaine dernière à Douala, la métropole économique, entre officiels des deux pays sous l’égide de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Ceeac).

Le projet, selon les sources sus-évoquées, achoppe pour l’instant sur le tracé de l’ouvrage, entre la variante 1, située à 250 mètres de l’embouchure du Ntem choisie par la Guinée Équatoriale et la variante 2, située à 450 mètres de l’embouchure du même fleuve, option de son voisin, le choix étant, selon le cas, incompatible avec les perspectives de développement des villes de Rio Campo ou de Campo.

Les parties ont néanmoins convenu que l’ouvrage, appelé à servir de jonction entre les deux pays sur la nationale Kribi-Campo (Cameroun)-Bata (Guinée Équatoriale), et sur la base des conclusions du rapport final de l’étude d’avant-projet, sera constitué d’«un pont caisson en béton précontraint construit par encorbellements successifs comme solution de base et pont à structure mixte acier béton en solution variante».

Il est désormais question, apprend-on, que les consultants puissent partir de l’avant-projet sommaire à l’avant-projet détaillé, devant permettre d’estimer le coût du projet ainsi que plusieurs autres éléments techniques plus avancés.

Dans cette perspective, le Cameroun et la Guinée Équatoriale ont lancé un appel à l’Union africaine, à l’agence du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad), à la Banque africaine de développement (BAD), aux partenaires bilatéraux et multilatéraux ainsi qu’à l’ensemble de la communauté internationale, afin d’accroître leur soutien multiforme à la réalisation de ce projet intégrateur.


FCEB/te/APA

Réagir à cet article