Libye – Politique – Gouvernement – Crise

Libye : Dbeibah alerte sur les risques d'une guerre

APA-Tripoli (Libye)

Le Premier ministre libyen en exercice Abdel Hamid Dbeibah annonce son intention d’organiser les élections législatives l’été prochain et prévient sur les risques d'une guerre en cas de gouvernement parallèle.

Abdelhamid Dbeibah a pris l’initiative d’organiser des élections parlementaires d'ici l'été prochain en reportant la présidentielle à une période ultérieure. Une décision annoncée au moment où le Parlement s'apprête à introniser son rival Fathi Bachagha la semaine prochaine.

Depuis la mort de Mouammar Kadhafi le 20 octobre 2011, le pays est miné par des divisions entre institutions concurrentes à l’Est et à l’Ouest. La Libye s’est retrouvée même avec deux Premiers ministres rivaux à Tripoli depuis le 10 février dernier après la désignation de Fathi Bachagha par le Parlement de Tobrouk à l’Est comme nouveau Premier ministre.

La Chambre parlementaire considère en effet que « le mandat Dbeibah a expiré » depuis le report des élections présidentielles et législatives du 24 décembre 2021. Dans cette lutte pour la légalité, Fathi Bachagha peut compter sur le soutien du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est du pays riche en pétrole et appuyé par la Russie, l'Egypte, et les Emirats arabes-unis.

Mais Dbeibah, le Premier ministre sortant, toujours reconnu par les Nations unies et appuyé par la Turquie, a indiqué qu'il « n'acceptera aucune nouvelle phase de transition ou autorité parallèle ». Il a ajouté que « son gouvernement restera en fonction jusqu'à la tenue d'élections et qu'il ne passera la main qu'à un gouvernement élu ». Alors que les deux parties campent sur leurs positions, la Libye risque de se retrouver dans les prochains jours avec deux gouvernements parallèles, comme entre 2014 et 2020. Une nouvelle crise politique qui laisse planer les risques d'une nouvelle guerre civile dans le pays.

Désigné en février 2021 à la tête d'un nouveau gouvernement d'union nationale de transition dans un plan de paix soutenu par l’Onu, Dbeibah a encore réaffirmé lundi dernier qu’il poursuivra sa feuille de route qui consiste à unifier les institutions et conduire le pays à des élections présidentielle et législatives. Il a prévenu dans un discours offensif que « la désignation d'un nouveau gouvernement de transition pourrait conduire à une guerre » en Libye.

CD/APA

Réagir à cet article