Libye – Politique – Crise

Libye : des tirs interrompent la session du parlement

APA-Tripoli (Libye)

Le parlement libyen se réunissait ce jeudi 24 février pour une session sur la formation du nouveau gouvernement.

C’est une matinée mouvementée pour le Haut conseil d’Etat libyen dont la session sur la formation du nouveau gouvernement par Fathi Bachagha a été interrompue par une coupure de courant suivie de coups de feu. Une situation qui a provoqué l’ajournement de la séance selon le président Khaled al-Mishri.

« Il y a eu une fusillade, mais Dieu merci, nous avions pris toutes les mesures avant de sortir, pour sécuriser la sortie des membres par la porte arrière du bâtiment de l'Islamic Society, et ils sont tous sortis en toute sécurité », a dit M. al-Mishri.

Cet incident intervient après la décision du Premier ministre en exercice, Abdelhamid Dbeibah, d’organiser des élections parlementaires d'ici l'été prochain en reportant la présidentielle à une date ultérieure.

Khaled al-Mishri, président du Haut Conseil d’État (Chambre haute) et poids lourd des Frères musulmans et Aguila Saleh, président de la Chambre des représentants (Chambre basse) mènent un front anti Dbeibah.

Les deux personnages politiques militent pour le départ du Premier ministre en exercice, Abdelhamid Dbeibah, après l’échec de la tenue de la présidentielle et les législatives le 24 décembre 2021.

Le Parlement libyen a intronisé le 10 février dernier Fathi Bachagha, comme nouveau Premier ministre en remplacement de Dbeibah dont le « mandat a expiré », selon Aguila Saleh.

Mais Dbeibah, toujours reconnu par les Nations unies et appuyé par la Turquie, a indiqué qu'il « n'acceptera aucune nouvelle phase de transition ou autorité parallèle ». Il a ajouté que « son gouvernement restera en fonction jusqu'à la tenue d'élections et qu'il ne passera la main qu'à un gouvernement élu »

Depuis la mort de Mouammar Kadhafi le 20 octobre 2011, La Libye est minée par des divisions entre institutions concurrentes à l’Est et à l’Ouest. Le pays se retrouve désormais avec deux Premiers ministres rivaux à Tripoli.

CD/te/APA

Réagir à cet article