Chers visiteurs, si vous ne retrouvez pas certaines données sachez que le site est toujours en cours de Migration, merci de votre compréhension.

Nigeria – Musique

L’industrie de la musique et du cinéma pas touchée par la récession au Nigeria – officiel

APA-Abuja (Nigeria)

La récession économique que vit le Nigeria n’a pas empêché l’industrie du divertissement du pays de prospérer, a déclaré vendredi à Abuja, le président de l’Association des musiciens interprètes du Nigéria (PMAN), M. Pretty Okafor.

Contrairement à d’autres secteurs de l’économie du pays qui font face aux défis de la récession, l’industrie de la musique et du cinéma se porte bien et n’est pas touchée, a –t-il soutenu.

« L’industrie du divertissement est le seul secteur que la récession n’a pas affecté, et n’affectera jamais » a-t-il encore dit.

« Alors que d’autres secteurs ont réduit leur nombre d’employés au cours de la dernière année et ont fait face à des difficultés de payement des salaires, l’industrie du divertissement continue d’offrir des emplois aux Nigérians», a expliqué  Pretty Okafor.

Et d’expliquer : « Les artistes et toutes les personnes qui s’activent dans l’industrie sont occupés à travailler, à aller à des concerts, à produire des films et de la musique partout. Même avec la récession, nous tournons des films et distribuons nos albums partout en Afrique et dans le monde ».

Okafor a expliqué que le label nigérian, au cours de la dernière année, a gagné l’acceptation et conquit le marché local et mondial comme jamais auparavant.

Il a ajouté qu’outre les artistes, les producteurs, les promoteurs et autres personnes engagées dans d’autres services auxiliaires au sein de l’industrie ont fait de bonnes affaires au cours de l’année écoulée.

Toujours selon Okafor, tous les artistes créatifs et travailleurs ont sorti des albums et, dans l’année, des milliers d’albums de musique et de film ont été produits.

Actuellement, a-t-il affirmé, il n’y a pas un artiste africain qui perçoit plus que ce que les artistes nigérians perçoivent par spectacle, des sommes qui varient entre 100 000 et 150 000 dollars pour une seule prestation partout dans le monde, a indiqué Okafor .

Le label nigérian du divertissement exerce maintenant une concurrence effective sur la scène mondiale, souligne t-il.

Ceci, a-t-il noté, a attiré les investisseurs et les promoteurs étrangers contribuant à rentrer des devises dans pays.

MM/GIK/nbd/of/APA

Réagir a cet article