Mauritanie-UMA-Intégration

L’intégration maghrébine, une nécessité pour la Mauritanie (Premier ministre)

APA-Nouakchott (Mauritanie) De notre correspondent : Mohamed Moctar

Le Premier ministre mauritanien, Mohamed Salem Ould El Béchir a déclaré, lundi à Nouakchott, que l’intégration maghrébine constitue une nécessité absolue pour son pays, compte tenu des relations historiques, culturelles et sociales qui unissent les pays de l’Union du Maghreb arabe (UMA).

« L’épanouissement économique de la Mauritanie est irréalisable en dehors des espaces régionaux auxquels elle appartient», a souligné Ould El Béchir dans un discours à l’ouverture du Forum économique maghrébin.

Outre la Mauritanie, l’UMA comprend le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye.

Le PM mauritanien a exprimé le souci permanent de son gouvernement d’œuvrer en faveur du développement du partenariat et de l’intégration au sein de l’espace maghrébin.

Toutefois, il a déploré le fait que le volume des échanges entre les pays de l’UMA ne représente que 3,6% du volume des échanges entre eux et le reste du monde en dépit du grand nombre de conventions signées dans le cadre de cet ensemble sous-régional.

L’absence d’une telle intégration coûte aux pays maghrébins, selon les experts, une perte de 2 à 3% du taux annuel de la croissance alors quelle devait profiter d’un marché de 100 millions de personnes à même de multiplier les échanges bilatéraux et de renforcer la concurrence bénéfique dans tous les domaines.

Ould El Béchir s’est félicité du démarrage de la Banque maghrébine pour l’investissement et le commerce extérieur qui représente un pas important sur la voie de l’intégration économique.

« Cette banque devrait motiver la mise en place d’un système financier maghrébin à même de précipiter l’intégration et encourager le commerce et l’investissement au niveau bilatéral », a expliqué le Pm El Béchir.

Le Forum économique maghrébin sera marqué par des exposés sur la complémentarité économique des pays de l’UMA, sur le climat des affaires et les opportunités d’investissement spécifique de chaque pays maghrébin.


MOO/te/APA

Réagir à cet article