à l'instant

    Mauritanie-Réfugiés

    1,3 million d’euros de l'UE pour les réfugiés maliens en Mauritanie

    APA-Nouakchott (Mauritanie) De notre correspondent : Mohamed Moctar

    L’Union européenne a octroyé une enveloppe de 1,3 million d’euros à l’UNICEF pour les populations réfugiées et la communauté hôte en Mauritanie, selon un communiqué conjoint des deux institutions.

    Au nombre de 57.000, les réfugiés maliens en Mauritanie dont un sur deux est un enfant sont logés dans le camp de M’berra (extrême est du pays).


    « Sans assistance en éducation et protection, les enfants du camp seraient livrés à eux-mêmes et exposés à de grands risques créant ainsi des conditions propices à la délinquance, aux mariages précoces et à toute forme de violence à l’égard des enfants », a expliqué Hervé Périès, représentant de l’UNICEF à Nouakchott, cité par le communiqué.


    De son côté, le chef du bureau régional pour Afrique de l’Ouest de l’Aide Humanitaire de l’UE, Pierre Yves Scotto a souligné que les enfants sont parmi les réfugiés les plus touchés par les crises et que leur éducation est systématiquement interrompue lors d’un déplacement de population.


    Le communiqué a précisé que le soutien financier européen a permis la scolarisation de 5.100 élèves au primaire, dont 2.540 filles pour l’année scolaire 2018-2019.


    Outre les distributions trimestrielles de kits scolaires individuels, l’appui en question a également permis la réinsertion de plus de 319 élèves à l’école (dont 148 filles) et la formation de 130 enseignants, a ajouté le texte.


    L’UE et l’UNICEF ont aussi fait état du financement, grâce à la subvention européenne, de la construction d’un nouveau lycée comptant dix salles de classes et d’une bibliothèque en cours de finalisation.


    Elles ont signalé que dans le cadre de l’éducation non-formelle, plus de 2.000 jeunes ont été alphabétisés et 75 formés en métiers.


    Par ailleurs, note le communiqué, 1.813 enfants ont bénéficié d'un paquet intégré de services de protection comprenant l'accès à l'état-civil, l'appui psychosocial et l'appui en activités génératrices de revenus.



    MOO/te/APA

    Réagir à cet article