à l'instant

    • Au moins 20 stands calcinés dans un incendie lors des festivités...

      APA-Abidjan (Côte d'Ivoire) — Au moins 20 stands ont été calcinés dimanche dans un incendie lors des festivités de « Paquinou (fête de la Pâque) à Marcory », au terrain Konan Raphaël, dans le Sud d’Abidjan, sui...

    • Le FC Nouadhibou champion de la Super D1de football

      APA-Nouakchott (Mauritanie) De notre correspondant : Mohamed Moctar — Le FC Nouadhibou a été sacré champion de la première division de football en Mauritanie (Super D1) après avoir battu le Concorde par deux buts à 0, samedi soir à Nouakchott au term...

    • La peste équine déclarée au Tchad

      APA-N'Djamena (Tchad) De notre correspondant Adam Hassane Deyé — Le ministre de l’Elevage et des Productions Animales, Gayang Souaré a fait état de la mortalité massive des ânes et des chevaux enregistrée dans certaines provinces depuis quelques...

    Mali-Sécurité-Religion-Appel

    Mali : le Gouvernement appelé à garantir la paix dans le pays

    APA-Bamako (Mali) De notre correspondant : Alou Diawara -

    Le président du Haut conseil islamique, Mahamoud Dicko, a déploré, dimanche à Bamako, la détérioration de la situation sécuritaire au Mali, appelant le Gouvernement à prendre ses responsabilités en vue de garantir la paix et la sécurité à tous les citoyens du pays.

    S’exprimant devant plus de 60.000 musulmans réunis au stade du 26 mars de Bamako, Dicko, fortement applaudi par l’assistance, a insisté sur la nécessité pour les autorités de lutter contre la détérioration de la situation sécuritaire au Mali.

    Il est aussi revenu sur son refus de prendre l’enveloppe de 50 millions de FCFA que lui proposait le gouvernement en guise d’aide à l’organisation de la manifestation convoquée par le Haut conseil islamique. « Il faut, a-t-il martelé, que ces pratiques cessent, à chaque occasion on prend l’argent du pays pour le donner à des organisations par-ci par-là».

    Tout comme Mahamoud Dicko, plusieurs autres leaders musulmans ont fustigé le fait que « l’Etat, en dépit du soutien de la communauté internationale, peine à apporter une réponse à la situation sécuritaire dans le pays ».

    Pour conjurer les périls qui se profilent à l'horizon, ils ont recommandé  «à tous les Maliens et à toutes Maliennes à se pardonner, à se repentir et à prier pour» la sécurité du pays.


    AD/cat/APA

    Réagir à cet article