Mauritanie-Salubrité

Mauritanie : l’armée impliquée dans le nettoiement de Nouakchott

APA-Nouakchott (Mauritanie) De notre correspondant : Mohamed Moctar -

Des éléments de l’armée mauritanienne ont commencé ce lundi à nettoyer les rues et places publiques de Nouakchott jonchées par des dépôts d’ordures persistants, a constaté APA dans la capitale mauritanienne.

C’est de bonne heure que des militaires en tenue ont été aperçus en train de balayer, râteaux à la main, les trottoirs des routes principales et secondaires de Nouakchott.

Il s’agit d’une « nouvelle dynamique pour mettre fin aux tas d’ordures qui envahissent Nouakchott », a souligné le ministère mauritanien de l’Intérieur et de la Décentralisation dans un communiqué.

Cette dynamique se traduit par une « campagne de nettoyage de la capitale » supervisée par le ministre de l’Intérieur en présence du chef d’état-major général des armées, Ajoute le communiqué.

La campagne de nettoyage s’inscrit dans le cadre d’un plan d’action de courte durée dont l’exécution est assurée en partenariat avec le conseil régional de Nouakchott, l’armée nationale et l’union nationale des employeurs de Mauritanie.

La fréquence des ordures accumulées aux abords des routes et des grandes rues à Nouakchott pose un sérieux problème de salubrité et d’hygiène pour les populations et un coup dur pour l’image de la plus grande ville du pays.

Pour leur part, les municipalités de la ville se défendent en soulignant qu’elles ont été complètement dépossédées de ce dossier depuis la décentralisation de la ville et la création de la communauté urbaine de Nouakchott.

Cette dernière estime qu’elle ne dispose pas des moyens nécessaires pour le nettoyage quotidien de tous les quartiers de la ville.

La communauté urbaine a été remplacée récemment par un Conseil régional qui n’a pas encore commencé son travail.

A cela s’ajoute le casse-tête de décharges d’ordures situées souvent aux extrémités de la ville, donc près des populations qui s’en plaignent régulièrement sans voir une solution viable pointer à l’horizon.

Par ailleurs cette « nouvelle dynamique », explique le ministère de l’Intérieur, ne constitue pas une solution définitive à ce problème, mais l’expression d’une volonté réelle de réduire temporairement le malaise des habitants de la capitale en attendant l’élaboration d’un plan en mesure d’éradiquer le phénomène.


MOO/odl/cat/APA

Réagir à cet article