à l'instant

    Maroc-Afrique-Mutualité

    Mutualité : l’UAM résolument engagée à intensifier la coopération Sud-Sud (Président de l’UAM)

    APA-Rabat (Maroc)

    L’Union africaine de la Mutualité (UAM) est une plateforme résolument engagée à intensifier la coopération sud-sud à travers l’échange d’expériences et d’expertises en matière de mutuelle pour hisser haut l’action de la sécurité sociale et de la mutualité, pilier incontournable de l’économie sociale et solidaire, a affirmé le président de l’UAM, le Marocain Abdelmoula Abdelmoumni.

    M. Abdelmoumni, qui s’exprimait lors d’une rencontre, organisée, mercredi à New York, en marge du Forum Politique de Haut-Niveau 2018 de l’ONU, a souligné que le Maroc, fort d’une large expérience dans le domaine mutualiste, a toujours fait part de sa pleine disposition à partager son expérience et expertise avec les frères africains et latino-américains dans le cadre de la coopération Sud-Sud.

    C’est dans cet esprit que l’Union Africaine de la Mutualité, dont l’accord de siège a été signé avec l’Etat marocain en 2012, s’est investie avec pour objectifs de défendre et représenter les intérêts communs des organisations africaines membres et apporter une assistance technique de premier ordre en matière de mutualité et dans les domaines apparentés, a-t-il poursuivi lors de cet événement, marqué par la participation de Virginia Gamba, Sous-Secrétaire général des Nations-Unies et Représentante spéciale pour les Enfants et les Conflits armés et du Président de l’Union Mondiale de la Mutualité, l’Argentin Alfredo Sigliano.

    Revenant sur la thématique retenue pour ce conclave, à savoir la « Mutualité, une réponse intégrale aux défis du développement durable », M. Abdelmoumni, qui est également vice-président de l’Union Mondiale de la Mutualité (UMM) et président du Conseil d’Administration de la Mutuelle Générale du Personnel des Administrations publiques (MGPAP), a souligné que la mutualité, piédestal de l’action et de la prévoyance sociale et pilier incontournable de l’économie sociale et solidaire, occupe une place prépondérante dans les politiques publiques et les plans nationaux à mettre en oeuvre par chaque pays.

    « En vérité, la mutualité porte dans ses objectifs et son action les politiques nationales pour faire face aux inégalités et aux déséquilibres sociaux, et ce dans le cadre d’une transformation économique et sociale pour un développement vers plus d’équité et de justice sociale », a soutenu M. Abdelmoumni dans son allocution, dont copie est parvenue à APA.

    Selon lui, les mutuelles jouent un rôle de relais dans la mise en œuvre de la politique publique en matière de protection sociale contre les risques liés notamment au chômage. C’est ainsi que le vrai défi du système de mutualité est de respecter tous les principes universels de mutualité notamment la fourniture de services variés de haute qualité, abordables et raisonnables et à but non lucratif.

    L’objectif étant de l’habiliter à jouer pleinement son rôle au service du mieux-être social, en oeuvrant au perfectionnement et à la diversification des services offerts non seulement à l’échelle nationale, mais également sur les plans continental et international, a-t-il enchainé.

    Ceci étant et eu égard au fait que les mutuelles gèrent un service public, l’application des règles de la bonne gouvernance s’impose dans l’organisation et la gestion de ce service. C’est ce que l’Union Africaine de la Mutualité a effectivement consacré en adoptant lors des réunions de ses instances décisionnelles en décembre 2017, le projet de schéma de gouvernance financière, administrative et comptable de l’Union et la Charte du Membre de l’Organe de gouvernance de l’UAM et des Mutuelles membres, a rappelé M. Abdelmoumni.

    S’attardant sur les objectifs de l’UMM, une structure créée après un travail de longue haleine mené conjojntement depuis 2010 entre l’UAM et l’Organisation des Entités Mutuelles des Amériques (ODEMA), M. Abdelmoumni a appelé à ce que les instances internationales en l’occurrence l’ONU et l’ECOSOC, apportent un soutien et un appui à cette Union à la faveur de la dynamique Sud-Sud afin de contribuer de façon opérationnelle à la réalisation des ODD et de promouvoir le développement durable escompté.

    Il a aussi exhorté les décideurs à prendre en considération la dimension mutualiste, vecteur indispensable pour la réussite de tout projet social régional visant, entre autres, la réduction des disparités spatiales, la consécration des principes d’équité et de justice sociale et l’amélioration des niveaux de couverture sociale.


    De son côté, le président de l’Union Mondiale de la Mutualité (UMM), Alfredo Sigliano, a présenté le contexte de la création de cette Union le 5 juin dernier à Genève, et émis le souhait que cette organisation développera un réseau international représentant les cinq continents dans le domaine de la gouvernance de la mutualité afin de servir les intérêts des parties sociales.

    L’Union Mondiale de la Mutualité se propose de positionner la mutualité comme pilier incontournable de l’économie sociale et solidaire, de développer le mouvement mutualiste, de renforcer le rôle qu’occupe la mutualité dans le système de la protection sociale, d’intensifier le réseautage, de faire entendre la voie de la mutualité au niveau de plusieurs tribunes, notamment l’ONU et l’ECOSOC, et de contribuer à la mise en place d’une justice sociale et spatiale.

    De par son large éventail de secteurs d’activité qu’elle devra couvrir, tels que l’agriculture, la pêche, le tourisme, l’éducation, le microcrédit, l’assurance ou encore l’artisanat outre bien-sûr le secteur de la santé, l’UMM intervient dans la dynamique d’une transformation économique et sociale inclusive pour donner au monde les outils véritable de l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) fixés par l’Agence 2030 de l’ONU.

    Pour sa part, le Directeur du Bureau des Nations-Unis pour la Coopération Sud-Sud, Jorge Chediek, a mis l’accent sur la nécessité d’élargir la coopération Sud-Sud pour inclure la question de la protection sociale et développer des partenariats entre les pays du sud afin d’installer des systèmes de mutualité performants.

    Quant à Mme Virginia Gamba, elle a souligné la nécessité d’explorer les moyens permettant l’insertion sociale des enfants victimes des conflits armés dans les sociétés sortant d’un conflit en consacrant une mutualité dédiée à cette catégorie sociale.

    De son côté, le Représentant permanent adjoint de l’Argentine auprès des Nations-Unies à New York, Alejandro Verdier, a mis l’accent sur l’importance de renforcer la coopération entre l’Argentine et le Maroc dans le domaine de la mutualité afin de consolider l’économie sociale et solidaire aux niveaux national et régional.

    Il a ainsi mis en exergue le rôle de la mutualité dans la protection de la situation sociale et économique des individus dans le monde et sa contribution à la réalisation du Programme de développement durable à l’horizon 2030.

    Pour rappel, ce conclave a été initié par la représentation diplomatique de l’Argentine auprès des Nations Unies en partenariat avec l’UMM.

    HA/APA

    Réagir à cet article