à l'instant

    Niger-Education-Mesures

    Niger : vers la fermeture de 31 établissements scolaires

    APA-Niamey (Niger) De notre correspondant : Assane Seydou

    Le ministre de l’Enseignement primaire, de l’Alphabétisation, de la Promotion des langues Nationales et de l’Education civique, Daouda Mamadou Marthé a annoncé, samedi, au cours d’un point de presse, la cessation prochaine des activités de 31 établissements d’enseignement primaire du privé.

    Selon le ministre Marthé, c’est au cours d’une inspection diligentée par son département ministériel que ces 31 établissements qui, œuvraient dans « l’illégalité » ont été découverts.

    Il s’agit notamment de 12 établissements qui n’ont pas reçu d’autorisation de création, mais qui ont quand même ouvert leurs portes, et de 19 établissements qui, pour leur part, ont reçu leur autorisation de création mais qui, en revanche n’ont pas encore été autorisés à ouvrir leurs portes.

    Ces établissements qui, pour plus de la moitié exercent à Niamey, sont dans l’illégalité, a expliqué le ministre Daouda Mamadou Marthé.

    Tout en les sommant de cesser toutes leurs activités, le ministre de l’Enseignement Primaire a mis en garde leurs promoteurs et éventuellement ceux qui ont a l’idée de suivre la même voie, par rapport aux sanctions auxquelles ils s’exposent.

    En effet, au regard de la règlementation en vigueur au Niger, la création ou l’ouverture d’un établissement d’enseignement privé, sans autorisation expose les contrevenants à des peines notamment, privatives, allant de un mois à trois mois de prison.

    Arrivé à la tête du ministère de l’Enseignement primaire en octobre 2017, Daouda Mamadou Marthé s’est donné comme objectif de donner un nouveau souffle à ce secteur eu égard à la baisse constatée du niveau des élèves.

    Cette refondation, comme il a qualifié son action, devait passer par un test d’évaluation du niveau même des enseignants qui s’est déroulé les 15 et 16 juillet 2017 et à l’issue duquel il s’est avéré que seuls 33% des 58 000 enseignants évalués (des enseignants contractuels notamment) avaient le niveau requis pour enseigner.

    En poursuivant sa politique de refondation du système éducatif nigérien, le ministre Marthé pourrait très prochainement, après les établissements ouverts illégalement, s’attaquer aux établissements qui ne respecteraient pas les règles environnementales.


    SA/te/APA

    Réagir à cet article