à l'instant

    Nigeria-Industrie-Etude

    Nigeria : Les industriels se plaignent de l’environnement délétère des affaires

    APA-Lagos (Nigeria)

    Les responsables du secteur de l'industrie au Nigeria ont déploré la nature insupportable cette année, de l’environnement des affaires dans le pays.

    L’enquête sur le secteur industriel pour l'année 2017, menée par NOIPolls, le plus grand cabinet d’études et de sondages du Nigéria et le Centre pour l’étude des économies d’Afrique (CSEA), ont identifié huit facteurs qui entravent la croissance du secteur industriel dans le pays.

    Selon le résultat de l’enquête publiée mardi à Abuja par NOIPolls, les principaux défis auxquels le secteur manufacturier au Nigeria est confronté comprennent des taux de change défavorables (55%), des mauvaises routes (55%), l’indisponibilité du carburant (47%) et un accès limité au crédit (45%).

    Les autres défis portent sur les incohérences dans les politiques (44%), le manque d’infrastructures (39%), la fourniture erratique de l’électricité (31%) et une faible demande (29%).

    Le rapport d’études a noté que 74% des entreprises manufacturières avaient estimé que l’environnement des entreprises n’était pas favorable en 2017, soit une augmentation de 14 points par rapport au résultat de 2016 (60%), indiquant une détérioration de l’environnement des affaires.

    Il a ajouté que le manque d’infrastructures, les lourdeurs administratives et la corruption ont été identifiées comme faisant partie des goulets d’étranglement structurels qui étouffent l’environnement des affaires.

    L'étude a aussi expliqué que 85% des entreprises manufacturières interrogées ne fonctionnaient pas à 75% de leur capacité installée ; et cela a été attribué à la faiblesse de la demande (69%), à l’insuffisance de l'approvisionnement en électricité (58%), à l’indisponibilité de l’essence/diesel (38%) et à l’accès limité aux devises étrangères (26%).

    Les auteurs de l'étude indiquent que près de la moitié des entreprises interrogées (48%) considéraient les importations de matières premières très importantes pour leur production, en particulier pour les entreprises de taille moyenne ou de grande taille, avec jusqu’à 62% des intrants importés.

    Il a relevé que 75% des entreprises manufacturières déclarent que la disparité des taux de change a eu un impact négatif sur leurs activités. De même, 80% des entreprises ont affirmé que l’inflation avait eu un effet négatif sur elles.

    "Toutes les entreprises de fabrication interrogées ont affirmé que la récession avait eu un impact sur leurs opérations commerciales et leur rentabilité ; avec 70% d’entre elles affirmant que la récession avait eu un impact négatif sur leurs affaires", a précisé le rapport.

    En ce qui concerne le mauvais état des routes, l’enquête a révélé que les régions du sud-ouest (59%), de l’extrême sud (49%), du centre-nord (46%) et du sud-est (43%) étaient les régions les plus touchées.

    "Les industriels ont notamment déploré le mauvais état de certaines routes, notamment la route d’accès Apapa-Tin Can, la route express Lagos-Ibadan, les routes Benin-Ore, Oyo-Ogbomosho (sud-ouest), la route Est-Ouest, la route Bénin-Agbor, la route Aba-Port-Harcourt (extrême sud), la route Ajaokuta-Ayangba-Nsukka, la route Lokoja-Ajaokuta, la route Obajana-Okene, la route Makurdi-Enugu (centre-nord et sud-est), entre autres", a ajouté le rapport.



    GIK/fss/od/APA

    Réagir à cet article