Sénégal-Religion

Observation de la lune : Jamra pour un cadre ouvert aux religieux et aux scientifiques

APA Dakar (Sénégal) Par Demba Dieng -

Une commission d’observation lunaire ouverte aux confréries, à l’Association des musulmans du Sénégal et aux astronomes doit être mise sur pied pour éviter les divergences au début et à la fin du mois de Ramadan, a plaidé le vice-président de l’ONG Jamra, Mame Matar Guèye, invité du grand oral d’APA.

« Nous ne voulons pas démolir la notoriété de la commission d’observation du croissant lunaire dirigée par Iyane Thiam mais nous proposons sa dissolution pour procéder par cooptation inclusive et tendre la main à d’autres entités comme l’Association des musulmans du Sénégal et les astronomes », a expliqué M. Guèye.

Considérant cela comme une urgence, il a souligné qu’il faut d’abord tomber d’accord sur une méthode d’observation car, selon Mame Makhtar Guèye, la méthodologie utilisée pour l’observation du croissant lunaire est souvent source de divergence.

Selon lui, vu que « le contexte et l’époque ne permettent plus l’observation à l’œil nu »,  il préconise la mise à contribution des appareils modernes comme « on en voit en Tunisie, en Turquie et en Arabie saoudite. La confrontation entre la modernité et les méthodes moyenâgeuses doivent être conciliées ».

En attendant de voir ses coreligionnaires aboutir à un consensus, Mame Matar Guèye estime que la célébration de la fête de Korité (Aïd-el-fitr) dans la désunion « est une honte pour une religion qui se glorifie d’être majoritaire» au Sénégal.


DD/cat/APA

Réagir à cet article