Côte d’Ivoire-Ile Maurice-Economie

Ouverture à Abidjan d’un forum d’Affaires ivoiro-mauricien axé sur les TIC

APA-Abidjan (Côte d'Ivoire)

Un forum d’Affaires et de réseautage ivoiro-mauricien dédié aux Technologies de l’information et de la communication (TIC), s’est ouvert lundi à Abidjan, la capitale économique ivoirienne.

Une délégation de l’Île Maurice, composée de huit personnes, prend part à ce Forum des Affaires et de plate-forme interactive, dont l’ouverture a été faite par Raoul Sié, représentant du Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargé de la Promotion des investissements privés, M. Essis Esmel. 

M. Sié s’est félicité de cette plate-forme qui vise, de part et d’autre, à explorer les diverses possibilités pour accroître les échanges commerciaux entre la Côte d'Ivoire et l’Île Maurice, deux pays ayant plusieurs protocoles d’accords en voie de finalisation.

L’Île Maurice, un pays de 1,3 million d’habitants, se positionne comme un hub financier et numérique sur le continent africain. Avec un Produit intérieur brut (PIB) de 3,6% en 2018 et un objectif de 4% en 2019, le pays, 1er africain dans le Doing Business (25è mondial) affiche un taux de 57% des TIC dans le PIB.   

En 2004, le pays s’est doté d’une « CyberTour », pour entretenir des liens économiques étroits à travers le monde. Le secteur de la technologie s’affirme à ce jour comme l’un des piliers de l’économie. En 2018, le taux de pénétration mobile a atteint 151,5 % et celui de l’Internet 105,9%. 

Avec 117 sociétés dans 24 pays d’Afrique, les entreprises mauriciennes sont engagées à travers 16 secteurs différents et des investissements continus. Le pays est signataire du Continental free trade agreement (CFTA) et de l’accord de libre-échange tripartite (COMESA, SADC, Est africain community).

L’économie ivoirienne, quant à elle, est relancée après la crise postélectorale de 2010/2011. La croissance, de 2012 à 2018, s’est établie à un taux moyen annuel de 8,8% contre 0,8% entre 2000 et 2010. Une dynamique notamment impulsée par les investissements.

De par sa position de pays hub de l’Afrique de l’Ouest francophone, la Côte d'Ivoire a enregistré de 2011 à 2018 pour la téléphonie mobile un taux de pénétration de 128% équivalent à 32 millions d’abonnés pour une population de près de 25 millions d’habitants, a souligné M. Sié.  

L’impact de l’usage du mobile money dans la facilitation des transactions financières, est estimé à 17 milliards de Fcfa par jour. En outre, 32 millions d’abonnés bénéficient des offres de services de téléphonie mobile contre 12 millions à fin 2011.

Concernant les abonnés Internet, la Côte d'Ivoire compte aujourd'hui 17 millions d’abonnés soit 68% de la population contre 10 millions début 2016, alors que les clients n’excédaient pas 200.000 à fin 2011, après la crise post-électorale. 

La Côte d'Ivoire et l’Île Maurice importent réciproquement pour « plus de 700.000 dollars (410,29 millions de Fcfa)». Aujourd'hui, plus de dix entités mauriciennes opèrent sur le sol ivoirien avec des investissements estimés à plus de 480.000 dollars (281,36 millions Fcfa) sur les six dernières années.

Les investisseurs mauriciens sont plus présents sur le secteur tertiaire. Le Centre financier international mauricien (CFIM) a canalisé sur le continent africain plus de 32 milliards de dollars dont 782 millions de dollars (458,40 milliards Fcfa) structurés à destination de l’économie ivoirienne.

Ce forum est organisé par le Centre de promotion des investissements en Côte d'Ivoire (CEPICI) et l’Economic development board (EDB), entité regroupant trois agences (Board of investment, Entreprise Mauritius, Financial services promotion agency) dédiées à la promotion de la destination mauricienne. 

AP/ls/APA

Réagir à cet article