Côte d’Ivoire-Education-Grève

Paralysie de l’école ivoirienne: des consommateurs appellent à la reprise et au dialogue

APA-Abidjan-(Côte d’Ivoire)

Le président de la Fédération ivoirienne des consommateurs « Le Réveil», (FICR), Mansa Soumahoro dit Ben N’Faly a appelé, samedi les enseignants en grève depuis quelques semaines à reprendre le chemin de l’école tout en privilégiant la voie du dialogue.

Entouré de plusieurs chefs  traditionnelles et religieux,  Mansa Soumahoro dit Ben N’Faly a lancé cet appel  «  aux enseignants grévistes  de reprendre le chemin  des classes afin de  faciliter le dialogue social surtout que nous avons reçu auprès de la tutelle  toutes les assurances que la porte de la négociation ne leur a jamais été fermée ».

 Sur les raisons de sa sortie, cet activiste de la société civile dit agir « au nom du droit à l’éducation qui fait partie des droits des consommateurs ».

A l’endroit des  responsables des COGES (Comités de gestion des établissements scolaires), M. Soumahoro demande « d’emboiter  le pas  à leur camarade de Bouaké (centre ivoirien)  car leurs rôles n’est pas de mettre nos enfants  dehors pour cotisations  impayées  mais de veiller à ce qu’ils reçoivent  un enseignement de qualité dans un environnement adéquat ».

« Leur silence face à cette situation est un crime contre l’humanité »,  a fustigé Ben N’Faly qui s’interroge «  quant aux motifs réels de la grève» qui  « dure depuis 4 semaines ».

Face  à cette situation, il a des inquiétudes  « sur la crédibilité des relais d’informations des accords signés entre le gouvernement ivoirien et les faitières d’organisation dans le cadre de la trêve sociale le 18 août 2017 ».

Par ailleurs, Ben N’Faly a salué la rencontre entre les deux parties vendredi dernier.

Au terme de cette réunion, un chronogramme de discussion sera mis en œuvre lundi entre le ministère ivoirien de l'éducation nationale, de l'enseignement technique et de la formation professionnelle et les organisations syndicales d'enseignants qui observent une grève depuis trois semaines dans le pays.

La ministre de l’éducation nationale,   Kandia  Camara a estimé dans un discours d'ouverture que les organisations syndicales du secteur éducation-formation ne devraient plus faire de grève en Côte d'Ivoire jusqu'en 2022 en raison de la trêve sociale conclue en 2017 avec le gouvernement ivoirien.

Depuis fin janvier, une grève d'enseignants paralyse le système éducatif ivoirien entraînant parfois des violences entre enseignants et entre élèves.

SY/ls/APA

Réagir à cet article