Maroc-Presse

Politique, économie et sport au menu des quotidiens marocains

APA-Rabat (Maroc)

L'équilibre entre les pouvoirs législatif et exécutif, les conséquences socio-économiques de l’arrêt de service de la raffinerie la Samir et les CAF Awards 2022, sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce vendredi.

+L'Économiste+ écrit que le Parlement baisse ses rideaux la semaine prochaine, ajoutant que les sessions du printemps et de l’automne ont été marquées par une sorte de dysfonctionnement entre le gouvernement et le Parlement, touchant ainsi à l'équilibre de ces deux pouvoirs.

En effet, les députés comme les conseillers se plaignent des comportements des ministres qui semblent les ignorer, poursuit le journal, relevant que le même sentiment est partagé par l'opposition car certains parlementaires n'arrivent pas à obtenir des rendez-vous pour exposer leurs dossiers.

“Il ne s'agit pas d'affaires personnelles mais de problèmes vécus au sein de leurs circonscriptions électorales”, fait-il savoir, soutenant que ces parlementaires ont tellement d'astuces pour les aider à régler des problèmes spécifiques que l'administration de Rabat ne saurait concevoir.

Au final, “ces parlementaires ne semblent pas prendre conscience de leur pouvoir car c'est le Parlement qui exerce son contrôle sur le gouvernement et non l'inverse”, fait-il remarquer.

Sur un autre registre, +Al Bayane+ écrit que l’arrêt de service de la raffinerie la Samir cause une grosse panne au sein de la vitalité économique nationale, ajoutant que le retour à la santé du raffineur, n’a jamais eu lieu, en dépit des appels soutenus, plaidant à sa réactivation.

En plus des dégâts sociaux engendrés, la compagnie accuse un endettement effarant de plus de 45 milliards de dirhams (1 euro = 10,2 DH), fait savoir la publication, relevant que la plaie de la faillite pétrolière s’aggrave de plus belle, avec l’actuelle recrudescence des tarifs de la pompe.

La problématique de la raffinerie devrait être une affaire de l’Etat, estime-t-il. “La souveraineté énergétique et bien d’autres services publics, relève des prérogatives primordiales de l’Etat et, ne saurait en nul cas, être sujet de prédation hégémonique, encore moins de tiraillement partisan”.

Au volet sportif, +Le Matin+ rapporte que le Sénégalais Sadio Mané a été désigné meilleur joueur africain de l'année, lors des CAF Awards 2022. Sadio Mané, qui évolue au club allemand du Bayern Munich, a reçu son trophée lors d'une cérémonie organisée jeudi soir au complexe Mohammed VI de football de Maâmoura (près de Salé).

L'international sénégalais était en concurrence avec l’Egyptien Mohamed Salah (Liverpool) et son compatriote Edouard Mendy (Chelsea).

Dans la catégorie féminine, le titre a été remporté par la Nigériane Asisat Oshoala. La joueuse du FC Barcelone a décroché ce trophée devant la Camerounaise Ajara Nchout Njoya (Internazionale Milano) et la Zambienne Grace Chanda (BIIK Kazygurt).

Le prix du meilleur club africain a été glané par le WAC, vainqueur de la Ligue des Champions africaine aux dépens d'Al Ahly d'Egypte. Le club Rouge et blanc a devancé la Renaissance Berkane, qui a remporté la Coupe de la Confédération africaine de football et Al Ahly.

De son côté, le sélectionneur de l'équipe du Sénégal, Aliou Cissé, a été désigné meilleur entraineur africain en 2022. Cissé, qui a réussi l'exploit de remporter la Coupe d'Afrique des Nations (CAN-2021) avec le Sénégal, a devancé l'entraineur du Wydad Casablanca, Walid Regragui et l'ancien sélectionneur d'Egypte, Carlos Queiroz.

Côté dames, le prix de la meilleure entraineuse est allé à la Sud-africaine Desiree Ellis, qui a devancé Bruce Mwape (Zambie), Jerry Tshabalala (Mamelodi Sundowns) et le sélectionneur de l'équipe nationale féminine du Maroc, Reynald Pedros.

Le football sénégalais s'est illustré également avec la consécration de la sélection sénégalaise comme meilleure équipe nationale masculine de l'année. Dans la catégorie féminine, l'équipe organisatrice des CAF Awards 2022 a revu le processus de sélection pour cette importante catégorie, en raison de l'absence d'une compétition féminine majeure au cours de la période considérée.

Par ailleurs, le but marqué par le Sénégalais Pape Ousmane Sakho a été désigné meilleur but de l’année.

HA/APA

Réagir à cet article